4 intrigues à suivre aux Championnats de France Elite 2021

Championnats de France Elite de Natation 2021

Les championnats de France de natation élite 2021 débuteront le mardi 15 juin et serviront d’ultime opportunité de qualification pour les Jeux Olympiques. Lors de la première rencontre qualificative, Florent Manaudou, Marie Wattel, Beryl Gastaldello et Mélanie Henique sont devenus les premières qualifiées pour les Jeux. Alors que d’autres concurrents entrent dans la piscine, assurez-vous de suivre ces intrigues :

1. Beryl Gastaldello organisera-t-elle son évasion de long cours?

Beryl Gastaldello a conquis les freestyles de sprint, les papillons et les dos crawlés sur la scène des verges et des mètres en petit bassin au cours des deux dernières années. Au cours de sa carrière dans la NCAA, elle a régulièrement marqué des points aux championnats SEC et aux NCAA pour les Texas A&M Aggies, puis est devenue l’une des plus grandes stars des 2 premières saisons de la Ligue internationale de natation. Au cours de la saison ISL 2020, Gastaldello a remporté 20 victoires individuelles pour le LA Current, dont des victoires dans le 50 libre, 100 libre, 50 dos, 50 mouche, 100 mouche, 100 IM. Ses nombreuses victoires et sa vitesse constante ont contribué à sa 3e place au classement général de la ligue derrière seulement Caeleb Dressel et Lilly King.

À l’approche de l’été, la grande question qui préoccupe tout le monde sera de savoir si Gastaldello sera en mesure de transférer ces prouesses en petit parcours en succès en long parcours. Alors qu’elle représente la France à l’international depuis plusieurs années, Gastaldello n’a pas encore atteint un grand podium international en grand parcours en individuel.

Aux Jeux olympiques de 2016, Gastaldello a terminé à la 25e place du 100 papillon avec un 58,93. L’année suivante, elle a terminé 15e au 50 papillon et 21e au 100 papillon aux Championnats du monde 2019. Lors des derniers championnats du monde en 2019, elle a couru le 100 libre, vol et retour, son meilleur résultat étant le 100 libre où elle a terminé 15e.

Jusqu’à présent, Gastaldello s’est qualifiée pour le 100 libre à Tokyo avec sa nage de décembre 2020 de 53,40. Aux Championnats de France, elle aura la possibilité d’ajouter jusqu’à 3 épreuves supplémentaires sous la forme de 50 libre, 100 dos et 100 mouche. Après avoir sauté les Championnats d’Europe 2021, il sera passionnant de voir dans quelle forme se trouve Gastaldello cette semaine et si elle est prête ou non à faire une déclaration de longue haleine à Tokyo.

2. Rédemption Partie 1 : Léon Marchand

Le médaillé de bronze des Championnats du monde juniors 2019 Leon Marchand se dirigeait vers le 400 QNI aux Championnats d’Europe de natation 2021 en tant que 11e tête de série. Il a été inscrit avec son record de France de 4:14,97 du début de la saison et a certainement le potentiel d’améliorer une percée dans le top 8.

C’était jusqu’à ce qu’il annonce qu’il s’était foulé le doigt lors d’une séance d’échauffement et qu’il quitterait Budapest plus tôt. Cela nous a laissé nous demander s’il serait capable de nager encore plus vite et pourrait même devenir le premier Français à réussir 4h14 dans l’épreuve.

Bien que le 4:14,97 de Marchand soit une nage solide, il devra aller plus vite aux Championnats de France cette semaine s’il veut ajouter son nom à la liste olympique. Même s’il est inférieur à la norme FINA A de 4:15,84, son NR est toujours derrière la propre marque de qualification olympique de la France de 4:13,33.

3. La France trouvera-t-elle un brasseur ?

La brasse est sans doute la plus grande faiblesse de la France en ce moment. Cela a d’ailleurs été le cas pour les derniers cycles olympiques et la dernière fois que le pays a remporté une médaille olympique en nage, c’était en 2008 lorsque Hugues Duboscq a décroché le bronze au 100 et au 200. Quant aux femmes, il n’y a pas eu figure parmi les 3 premiers pour la France aux Jeux olympiques depuis Los Angeles en 1984 lorsque Catherine Poirot a remporté le bronze au 100 brasse.

Alors qu’une médaille olympique est une barre particulièrement haute pour évaluer le succès, nous pouvons également considérer le fait que la France n’a en fait envoyé personne aux Jeux olympiques de 2016, aux Championnats du monde 2017, aux Championnats du monde 2019 pour une épreuve de brasse. De plus, personne n’a abaissé un record de France dans le coup depuis le 1:07.97 de Sophie de Ronchi en 2011.

Avec un écart évident dans leurs formations ces derniers temps, nous nous demandons si la nation parviendra à mettre fin à la séquence sans brasse aux Jeux de Tokyo cet été. Bien que personne ne soit un verrou pour se qualifier, voici les normes de qualification actuelles par rapport à la tête de série dans chacune des épreuves de brasse aux championnats nationaux :

Hommes Femmes Meilleur temps de classement OLY Temps de qualification Meilleur temps de classement OLY Temps de qualification 100 brasse 59,86

(Théo Bussière)

59.45 1:08.60

(Fanny Deberghe)

1:06.73 200 brasse 2:11.44

(Antoine Viquerat)

2:08.20 2:25.60

(Fanny Deberghe)

2:22.87

Bien qu’à ce stade, il semble presque impossible que la France puisse prétendre à une médaille dans l’une des brasses individuelles, ce serait un pas dans la bonne direction pour eux d’avoir quelqu’un sur la liste dans la nage. De plus, compte tenu du talent actuel du sprint sous la forme de Florent Manaudou, Beryl Gastaldello, Mewen Tomac, Melanie Henique, Yohann Ndoye Brouard, Marie Wattel, entre autres, avoir un brasseur à Tokyo serait de bon augure pour leurs efforts dans les épreuves masculines et féminines. ×100 relais medley pour lesquels ils sont qualifiés.

4. Rédemption Partie 2 : Charlotte Bonnet

Si elle se qualifie pour Tokyo, les Jeux olympiques de 2012 et 2016 Charlotte Bonnet sera un membre vétéran de la liste olympique de la France à Tokyo 2020. Bonnet a couru pour la France à Londres et à Rio et a réussi à se qualifier pour le 200 m libre aux derniers Jeux tout en se classant 15e au classement général du 100 m libre.

De manière réaliste, Bonnet a une chance de se qualifier pour l’équipe dans 3 des sprints libres, car il y a actuellement une place disponible dans le 50, 1 dans le 100 et 2 dans le 200. Lors de la première des 2 qualifications françaises en décembre En 2020, Connet s’est qualifiée à quelques centimètres de la qualification dans les 3 de ces événements tandis que Melanie Henique et Beryl Gastaldello ont décroché les 2 premières places des 50 et 100, respectivement.

OLY Qualifying Times vs Charlotte Bonnet’s Swims de décembre 2020

Coupe Olympique Bonnet’s Swim aux Championnats de France 2020 50 nage libre 24,53 24,80 100 nage libre 53,53 53,82 200 nage libre 1:56,63 1:56,65

Alors qu’elle se prépare à affronter un peloton difficile de sprinteurs français dans chacune des épreuves, Bonnet devrait pouvoir trouver confiance en ses PB dans les épreuves qui sont toutes sous ou presque sous les temps de qualification. Dans le 50, elle détient un 24,66, dans le 100, elle a en fait le record de France qui se situe à 52,74, et dans le 200, elle détient un 1:54,95, le tout depuis 2018. Bonnet a également passé sous le 200 coupe de qualification olympique récemment au Championnats d’Europe 2021 où elle a atteint la 4e place en 1:56.55.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *