alimentation-comment-faire-des-economies-2

Alimentation : comment faire des économies ?

Avec le logement et le transport, l’alimentation est l’un des principaux postes de dépenses des ménages. Voici comment limiter son budget nourriture – sans rogner sur la qualité ni sur la quantité !

Les économies s’organisent avant d’aller au magasin ! Premier réflexe : je fais l’inventaire des aliments qui se trouvent chez moi. Je pourrai ainsi vérifier qu’il ne me reste pas de quoi préparer encore quelques repas.

J’écris ensuite ma liste de courses à acheter : cela me permettra d’avoir une idée de mon budget alimentation, et m’aidera à ne pas me laisser tenter par des achats superflus une fois en magasin. Pour optimiser cette liste, le mieux est d’anticiper, précisément, les menus que je préparerai dans la semaine.

Je compare les magasins

Ma liste prête, il me reste à choisir le ou les enseignes où faire mes achats. L’idéal, bien sûr, est de comparer les prix proposés par les différents magasins et commerçants auxquels j’ai accès.

Pour les produits frais (légumes, fruits, poissons…), il peut être plus avantageux de s’approvisionner sur les marchés plutôt que dans les grandes surfaces commericales – en particulier lorsque les commerçants proposent des rabais sur les fruits, légumes ou viandes invendus.

Les pièges à éviter au moment de faire les courses

Petite précaution à prendre avant de se rendre en magasin ou au marché : manger ! En faisant mes emplettes le ventre vide, en effet, je m’expose à être plus tenté par des produits alimentaires inutiles que si j’ai le ventre plein. Ce lien entre faim et achats compulsifs a même fait l’objet d’une étude scientifique !

Une autre précaution à prendre, si j’ai des enfants, est de ne pas les emmener avec moi au supermarché… sauf si je sais me montrer inflexible face à leurs demandes d’achats de friandises et sodas.

Sur place, je peux réduire ma facture finale grâce à différentes astuces :

  • Je calcule ce qui me revient le moins cher entre acheter des aliments en grande quantité (par gros paquets) ou à l’unité,
  • J’achète des fruits ou légumes de saison : ceux-ci sont a priori moins chers que les produits hors saison… et ont plus de goût !
  • J’achète des aliments « entiers » : je dépenserai moins en achetant du gruyère que je rapperai moi-même qu’en achetant un sachet de fromage râpé,
  • J’évite les plats surgelés ou déjà cuisinés (les barquettes de salade, par exemple). Si j’ai le temps de cuisiner, autant économiser de l’argent !
  • Eventuellement, je réduis ma consommation de viande : les protéines se trouvent aussi dans des aliments comme les lentilles ou les haricots secs, moins onéreux que l’agneau, le boeuf ou le veau,
  • Je pense à utiliser mes tickets restaurant,
  • Bien sûr, je fais la chasse aux offres de réduction (sans pour autant acheter des produits qui risqueront d’être gaspillés),
  • Enfin, je n’oublie pas de me procurer les cartes de fidélité des magasins où je me rends régulièrement. Il n’y a pas de petites économies !

A noter : la plupart des fruits et légumes peuvent être conservés un an au congélateur. Je ne suis donc pas obligé de jeter mes bananes ou mes pommes si je réalise que je ne pourrai pas toutes les manger à temps…

Bonus : je fabrique moi-même mes aliments !

Ultime astuce pour dépenser moins en aliments : les concevoir moi-même !

Bien sûr, j’aurais du mal à entretenir un potager ou un cerisier si je vis dans un appartement… Mais cultiver en intérieur des plantes aromatiques comme le persil, le basilic ou le thym est tout à fait possible – il suffit d’un minimum de lumière et d’aération.

Par ailleurs, je peux concevoir moi-même mes yaourts ou mon pain, à l’aide de machines appropriées.