Assurance auto au kilomètre : de quoi s'agit-il ?

En règle générale, la prime d’assurance auto ne dépend pas des distances parcourues par le conducteur. Des assurances particulières, appelées « assurances auto au kilomètre », prévoient toutefois une adaptation de la prime au nombre de kilomètres réalisés. Présentations.

Né aux États-Unis, le concept d’assurance auto au kilomètre existe en France depuis une quinzaine d’années. Son principe est simple : le montant de la prime d’assurance que paie le conducteur dépend du nombre de kilomètres qu’il parcourt en un an.

Ce type d’assurance est intéressant si je conduis relativement peu – par exemple, si je ne me sers pas de ma voiture pour aller au travail, si je suis à la retraite ou encore si je possède plusieurs véhicules. Dans les faits, les assurances au kilomètre sont considérées comme avantageuses pour les conducteurs roulant moins de 8 000 kilomètres par an.

Le caractère « variable » du montant de la prime est la seule chose distinguant l’assurance au kilomètre de l’assurance auto classique. Avec une assurance au kilomètre comme avec une assurance ordinaire, je peux souscrire des garanties facultatives (garantie bris de glace, garantie collision…) ou me contenter de la garantie responsabilité civile (la garantie minimale obligatoire). Une assurance au kilomètre est soumise au système de bonus-malus.

Option 1 : le forfait kilométrique

L’assurance au kilomètre peut fonctionner de deux manières possibles :

  • le forfait kilométrique,
  • le paiement au kilomètre.

Avec une assurance au kilomètre par forfait, mon assureur et moi déterminons, dès la signature du contrat :

  • un nombre de kilomètres à ne pas dépasser chaque année,
  • le montant de la prime, fixe.

Si à l’échéance annuelle, il s’avère que j’ai dépassé le nombre de kilomètres fixé, je devrais payer une pénalité. Si j’ai parcouru moins de kilomètres que le nombre prévu, je peux avoir droit à un remboursement partiel de ma prime – à condition que cela soit spécifié dans mon contrat.

Pour vérifier le nombre de kilomètres que je parcours, mon assureur contrôle le compteur de mon véhicule à la signature du contrat, puis à chaque échéance annuelle.

L’assurance au kilomètre est intéressante si je ne roule pas beaucoup.

Autre possibilité : je paie une prime d’assurance proportionnelle au nombre exact de kilomètres que je parcours en un an.

Pour cela, mon assureur installe dans mon véhicule un boitier, mesurant en temps réel les kilomètres effectués.

J’évite de souscrire une assurance auto de ce type si je ne suis pas sûr de pouvoir limiter mon utilisation du véhicule. En effet, un nombre très élevé de kilomètres fera s’envoler le montant de la prime – alors qu’avec un paiement par forfait, je m’acquitte d’une pénalité fixe en cas de dépassement du nombre de kilomètres fixé.