Audrey Cordon-Ragot : La Course est enfin devenue le tremplin du Tour de France

Audrey Cordon-Ragot est l’une des meilleures cavalières de sa génération et son plus grand rêve est de siroter une coupe de champagne le long de l’une des avenues commerciales et des sites sportifs les plus célèbres au monde, les Champs-Élysées, en tant que vainqueur du Tour féminin. de France.

L’engagement d’Amaury Sport Organisation (ASO) à relancer un retour de l’événement emblématique pour les femmes ouvre la possibilité à l’ensemble du peloton féminin de haut niveau de remporter le maillot jaune tant convoité en 2022. Au lieu de terminer par un défilé dans Paris comme celui des hommes Grand Tour, cependant, la course féminine débutera sur les Champs-Élysées le 24 juillet et se terminera le 31 juillet, ASO n’ayant pas encore confirmé les détails du parcours.

Dans une interview avec Cyclingnews, Cordon-Ragot dit qu’elle est ravie de commencer ce qui pourrait être le dernier La Course d’une journée samedi à Brest, avant de se tourner vers
un voyage tant attendu vers le maillot jaune et le nouveau Tour de France féminin l’année prochaine.

« Quand Marianne Vos est allée parler à ASO il y a des années, le plan était d’obtenir le Tour de France pour les femmes, peut-être plus vite qu’il ne l’a été, à la fin », a déclaré Cordon-Ragot à Cyclingnews.

« C’était le plan et maintenant, presque 10 ans plus tard, nous l’avons, donc c’est vraiment génial. La Course est enfin le tremplin pour le Tour de France féminin mais c’est quelque chose qui aurait dû arriver plus tôt. Enfin, nous l’avons et ça va être génial. »

Le peloton féminin a disputé son premier Tour de France officiel féminin en 1984, remporté par l’Américaine Marianne Martin. Il s’agissait d’une course de 18 jours qui s’est déroulée simultanément à l’épreuve masculine et le long d’une grande partie des mêmes itinéraires mais raccourcis avec des lignes d’arrivée partagées. La Société du Tour de France, qui devint plus tard une partie de l’ASO en 1992, gérait les épreuves masculines et féminines.

Le Tour de France féminin s’est terminé en 1989, et tandis qu’ASO a organisé des courses féminines d’une journée comme La Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, La Course et le premier Paris-Roubaix (en octobre), le peloton féminin a pas été inclus dans le Tour de France officiel au cours des 30 dernières années.

La Course by La Tour de France est née en 2014 suite à une pétition adressée à ASO appelant à un Tour de France féminin. La pétition du Tour Entier a été menée par Vos, Kathryn Bertine, Emma Pooley et Chrissie Wellington et a obtenu 97 307 signatures.

Bien qu’ASO ait déjà été critiqué pour ne pas avoir tenu sa promesse d’étendre La Course au fil des ans, l’événement a également été l’une des courses les plus populaires du Women’s WorldTour.

Cordon-Ragot dit que malgré la polémique sur La Course, elle a apprécié la course d’un jour, en particulier lorsqu’elle s’est déroulée le long des Champs-Élysées lors de ses trois premières éditions, en conjonction avec la 21e étape finale du Grand Tour masculin. Ces trois premières éditions ont été remportées par Marianne Vos, Anna van der Breggen et Chloe Hosking.

« J’ai beaucoup aimé quand elle se déroulait sur les Champs-Élysées car c’était vraiment simple de courir sur la plus belle avenue du monde, raconte Cordon-Ragot. « C’était un genre de course différent de ce que nous avions normalement, même si nous avions également RideLondon qui ressemblait également à un critérium. Courir La Course le même jour que la course masculine était quelque chose de spécial. »

La Course s’est lancée dans une expérience de deux jours en 2017, qui a vu une arrivée au sommet du Col d’Izoard, organisée le même jour que la 18e étape de la course masculine, suivie d’un contre-la-montre handicapé à Marseille. Annemiek van Vleuten a remporté les deux étapes et le titre général. ASO l’a ramené à une épreuve d’une journée en 2018, une course sur route montagneuse reliant Annecy et au Grand-Bornand, également remportée par Van Vleuten. L’épreuve a ensuite été déplacée vers une course sur circuit à Pau en 2019 remportée par Vos. La Course de l’année dernière s’est déroulée à Nice et a été remportée par Lizzie Diegnan.

« La Course est devenue une journée à la montagne pour les grimpeurs, puis la journée à Pau, ce qui était, à mon avis, une très bonne idée pour mettre cette course sur le contre-la-montre du Tour de France. [ASO] vraiment essayé d’en faire une course intéressante, et c’était une course intéressante. Pour nous, cela a été l’une des courses que tout le monde voulait gagner », déclare Cordon-Ragot.

La Course a été remplacée par le nouveau Tour de France Femmes sur le Women’s WorldTour 2022, mais ASO a déclaré à Cyclingnews qu’il n’avait pas l’intention d’annuler complètement la course. Cordon-Ragot dit qu’elle espère qu’ASO maintiendra la course d’une journée mais peut-être classée comme une Coupe des Nations pour les jeunes coureurs.

« S’ils décidaient de garder la Course d’une journée, il faudrait l’utiliser comme une course pour les moins de 23 ans. Ce serait bien de la garder pour les jeunes. Je n’ai aucune idée de ce qu’ils vont en faire mais s’ils le gardent, et avec le Tour de France qui arrive pour les femmes, je pense que ce devrait être pour les plus jeunes. Nous avons déjà beaucoup de courses et nous avons besoin de plus de courses pour les femmes de moins de 23 ans pour les motiver à se rendre au du haut niveau. Alors, gardez cette course sur les Champs-Élysées pour les plus jeunes, pourquoi pas ? »

La Course : Le dernier hourra en Bretagne

Cordon-Ragot n’aimerait rien de plus que de remporter ce qui pourrait être la huitième et dernière édition du Women’s WorldTour de La Course.

La course féminine devait initialement se dérouler sur les circuits de Mûr-de-Bretagne le 27 juin, mais elle a été reportée au 26 juin sur 107 km de Brest à Landerneau, dans la région Bretagne en France, et a eu lieu le même jour que étape 1 du Tour de France.

« J’ai été un peu déçu que l’événement soit déplacé car la version précédente à Mûr-de-Bretagne est vraiment là où j’habite, et je connais toutes les routes, donc ça allait vraiment être une course à domicile. C’est toujours compliqué et nous devons accepter qu’il a dû bouger, et nous devons être heureux que cette course soit organisée pour nous. »

Cordon-Ragot a récemment remporté le titre du contre-la-montre et s’est classé deuxième de la course sur route aux Championnats de France sur route. Même si elle espérait porter le maillot de championne de France à La Course, il sera plutôt porté par la nouvelle championne Evita Muzic, mais Cordon-Ragot dit que ce sera toujours un jour de fête pour tous les Bretons qui courent sur les routes nationales.

« La Course est, cette année, plus importante en tant que Breton car elle est en Bretagne. Je suis toujours content de courir chez moi, et bien sûr, la Bretagne est le pays du cyclisme, donc les gens s’attendront à une bonne course et ils seront là pour m’encourager et encourager les autres Bretons. J’y vais en tant que cavalière de cet endroit, une cavalière qui sera applaudie au bord des routes », dit-elle.

« C’est aussi un La Course important car ça pourrait être le dernier La Course. Alors, je suis content que ça se passe en Bretagne.

Rêves de maillot jaune

Cordon-Ragot pratique la compétition professionnelle depuis 2008 lorsqu’elle a rejoint l’équipe féminine immatriculée à l’UCI Vienne Futuroscope. Elle a couru avec des produits Hitec, Wiggle-High5, et a passé les trois dernières saisons avec Trek-Segafredo. Pendant ce temps, elle a joué un rôle précieux en tant que cavalier de soutien pour certains des meilleurs au monde, tout en amassant ses propres victoires au Tour de l’Ardèche, Route de France, Cholet Pays de Loire Dames, GP Plumelec, Chrono des Nations, et elle a remporté deux fois le classement général du Tour de Bretagne.

Elle dit qu’elle a travaillé pour de nombreux coéquipiers à l’appui de leurs tournées à domicile, et elle est ravie que le Tour de France Femmes lui donne l’opportunité de savoir ce que c’est que d’être une favorite à domicile lors de l’une des plus grandes courses au monde. .

« J’ai couru avec beaucoup de femmes de nombreux pays et chaque fois que j’en voyais une courir dans son propre pays, j’avais l’impression qu’elle vivait le rêve, et tellement fan du public. J’ai toujours été un peu jalouse de parce que je voulais vivre ce rêve en tant que Français », dit Cordon-Ragot.

« Pour un coureur masculin en France, il pourrait courir son Tour à domicile pendant trois semaines, et alors pourquoi pas moi ? C’est la même chose avec Paris-Roubaix, pourquoi ne pourrions-nous pas courir sur ces pavés.

« Il est maintenant de plus en plus populaire d’organiser des courses féminines en même temps que les épreuves masculines, et je suis super excité. J’ai l’impression que cela aurait dû être normal, mais j’ai aussi l’impression d’être un enfant faisant la queue pour la première course. temps, et étant super excité, rêvant d’un maillot jaune sur mes épaules.

« J’ai 32 ans et maintenant je peux rêver de nouvelles courses, et le Tour de France est la meilleure », dit-elle.

Pour de nombreuses coureuses, dont Cordon-Ragot, participer au nouveau Tour de France Femmes est une récompense durement gagnée, symbolique de leur volonté de progresser dans le cyclisme professionnel féminin.

L’année prochaine, alors que les hommes défileront à Paris pour conclure la course cycliste de trois semaines la plus célébrée au monde, ils passeront le relais au peloton féminin, alors qu’ils se lancent à la poursuite de leur propre maillot jaune.

« Le jour [stage 21] c’est aussi la fameuse célébration du grand vainqueur, une sorte de parade dans Paris, en tant que champion du Tour de France », dit Cordon-Ragot. « J’espère qu’un jour, je pourrai faire ça avec mon équipe, en buvant du champagne le long des Champs-Élysées en tant que vainqueur du Tour de France féminin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *