Brexit: les pêcheurs de Jersey «impuissants» alors que les navires français pillent les eaux de la Manche | Politique | Nouvelles

Don Thompson, président de la Jersey Fishing Association, a affirmé que les pêcheurs de l’île «regardaient impuissants» pendant que les navires français pillaient les eaux de pêche de la Manche. Cela survient quelques heures seulement après que l’UE a déclassé les eaux de l’île, ce qui signifie que certains types de coquillages ne sont pas autorisés à être exportés à moins qu’ils ne soient prêts pour la consommation humaine.

La nouvelle position, annoncée par la Commission européenne le mois dernier, empêche les pétoncles, les palourdes, les coques, les huîtres et les moules appelées mollusques bivalves d’être exportés vers le bloc.

Dans une déclaration aujourd’hui, M. Thompson a déclaré: «La situation reste extrêmement tendue et la colère des pêcheurs a atteint son point d’ébullition.

«L’UE a récemment rétrogradé les eaux propres de Jersey à la catégorie B, ce qui a obligé les douanes françaises à saisir les captures de Jersey et que la flotte de Jersey doit rester immobilisée.»

Ces revendications sont les dernières d’une rangée furieuse entre la dépendance de la Couronne britannique et la France au sujet des droits de pêche post-Brexit.

Actuellement, les arrangements pour la pêche post-Brexit dans les eaux de Jersey ont été finalisés à court terme avec une période d’amnistie jusqu’au 1er mai.

L’accord permet aux navires français de pêcher temporairement dans les eaux de la Manche, mais il n’y a pas d’accord à long terme au-delà.

Les responsables gouvernementaux mettent donc en œuvre une nouvelle proposition de régime de licences strict à partir du 1er mai, les ministres soulignant que si les navires français n’avaient pas demandé une licence d’ici là, ils ne seraient pas autorisés à pêcher.

Dans le cadre de ce régime, les navires français doivent prouver qu’ils ont pêché dans les îles anglo-normandes pendant dix jours au cours de l’une des trois dernières années pour obtenir une licence.

LIRE LA SUITE: Sturgeon snobe les soignants avec une prime de remerciement de 500 £

Il a ajouté: «Nos ministres semblent disposés à permettre à cette situation ridicule et inacceptable de se poursuivre, croyant à tort que l’UE pourrait autrement rétablir le traité de Granville Bay.

«L’Association des pêcheurs de Jersey a préparé une série de propositions, soutenues par un petit nombre de politiciens d’arrière-ban, visant à empêcher une nouvelle décimation des stocks de poissons et des ressources marines de l’île.

«La fermeture de nos eaux à la pêche par les navires de l’UE de toutes les espèces que notre flotte est interdite de débarquer et d’exporter, comme indiqué dans les propositions, serait entièrement justifiée et apporterait, en quelques jours, une solution.»

Il a affirmé que les ministres avaient «refusé» de rencontrer l’association pour discuter de solutions soulignant que «le commerce sans friction promis par l’accord commercial UE-Royaume-Uni ne s’était pas concrétisé».

Le gouvernement de Jersey a été sollicité pour commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *