Brexit LIVE: La France paniquée demande un accès «urgent» aux eaux britanniques avec un accord de pêche | Politique | Nouvelles

Jeudi, un pêcheur français a bloqué des camions qui tentaient de ramener des captures de Grande-Bretagne à Boulogne-sur-Mer, le centre de pêche le plus fréquenté de France.

Ils soutiennent que l’accord sur le Brexit est une « imposture » sur l’accès en place depuis que la Grande-Bretagne a quitté l’Union européenne le 1er janvier.

La France affirme que le ministère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA) a accordé des licences à seulement 22 des 120 bateaux français demandant l’autorisation de pêcher entre 6 et 12 milles marins des côtes britanniques.

Dans une déclaration commune, le ministre de l’Europe Clement Beaune et la ministre des Maritimes Annick Girardin ont déclaré: «Nous agissons dans l’esprit de solidarité européenne et de coopération avec le Royaume-Uni, mais l’urgence exige une accélération de nos efforts collectifs.

« L’octroi complet de licences d’accès aux eaux britanniques et une résolution rapide des questions cruciales, y compris l’utilisation des bases avancées, doivent être résolus dès que possible. »

Outre l’accès aux eaux britanniques, les ministres demandent également que les bateaux français puissent décharger leurs captures dans les ports britanniques afin qu’ils puissent ensuite être acheminés rapidement en France par camion.

Olivier Lepretre, chef du comité régional des pêches de Boulogne, a déclaré en réponse à la déclaration des ministres français: « Il ne suffit pas d’avoir une belle lettre – il faut agir ».

« Pour l’instant, il est impossible de décharger du poisson dans les ports anglais »,

Defra a contesté les allégations françaises et un porte-parole a déclaré: «Le Royaume-Uni maintient une approche cohérente et fondée sur des preuves pour délivrer des licences aux navires de l’UE en utilisant les informations fournies par la Commission européenne.

«Nous ne reconnaissons pas les chiffres qui ont été partagés par l’industrie française de la pêche et considérons cette réaction comme injustifiée.

« Nos préoccupations concernant l’action de protestation ont été soulevées directement auprès des autorités françaises. »

En réponse aux manifestations, Bruxelles a annoncé hier soir avoir approuvé un accord de 87 millions de livres sterling d’aide française pour le secteur de la pêche du pays touché par le retrait de la Grande-Bretagne du bloc.

La commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, a déclaré: «Le secteur de la pêche est l’un des plus touchés par le Brexit, obligeant les pêcheurs et les opérateurs du marché en aval des États membres concernés à se réorganiser et à s’adapter à la nouvelle situation.»

SUIVEZ CI-DESSOUS POUR LES MISES À JOUR EN DIRECT:

Mise à jour de 8h: des poneys arrêtés pour des erreurs de formulaire sur le Brexit

Quatre poneys détenus au port de Belfast pendant près de cinq semaines en raison de problèmes avec les documents du protocole d’Irlande du Nord ont été remis à leurs nouveaux propriétaires.

Leur arrivée à la ferme familiale près de Ballygowan, Co Down, est intervenue après qu’un juge a ordonné leur libération jeudi.

Les animaux, qui avaient été achetés à un vendeur au Pays de Galles, avaient été détenus en raison d’erreurs dans les nouveaux formulaires vétérinaires nécessaires pour les expédier de Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord en vertu des accords commerciaux post-Brexit en mer d’Irlande.

Reportage supplémentaire de Maria Ortega

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *