Brexit news: Même la France admet la victoire du Royaume-Uni alors qu’il n’y a AUCUN chaos commercial aux frontières | Politique | Nouvelles

L’accord commercial post-Brexit entre Londres et Bruxelles, qui est entré en vigueur le 1er janvier, a obligé certaines entreprises à faire face à une nouvelle bureaucratie et à de nouvelles règles. Mais un rapport du ministère de l’Action et des Comptes publics français indique que le dédouanement a été effectué beaucoup plus rapidement que les années précédentes, avec un temps moyen d’immobilisation des marchandises passant de 13 minutes en 2004 à 2 minutes 31 secondes en 2021.

Selon Paris, les délais de traitement plus rapides étaient notamment liés au taux de dématérialisation des formalités de déclaration, qui atteint désormais 88%.

Le rapport a également révélé que près de 74000 véhicules traversent la frontière chaque semaine pour importer et exporter des marchandises vers et depuis le Royaume-Uni au cours des trois premiers mois de 2021.

Les résultats du rapport annuel des douanes françaises ajoutent: « Cette reprise du trafic se fait sans perturber les sites concernés. »

Les responsables français ont déclaré que les statistiques aidaient à montrer qu’il y avait une « fluidité » du trafic transmanche après la sortie du Royaume-Uni du Bloc.

Ils ont également déclaré que plus de 600 agents des douanes et l’établissement d’une «frontière intelligente» conjointement avec le Royaume-Uni pour favoriser les flux commerciaux.

Un communiqué du ministère a ajouté: «La bonne préparation au Brexit intensifiée en 2020 a permis aux entreprises de saluer le changement représenté par le rétablissement de la frontière avec le Royaume-Uni.»

Olivier Dussopt, ministre français de l’Action publique et des Comptes, a ajouté: «Malgré les impacts de la crise sanitaire, les résultats des douanes françaises sont très bons et témoignent, une fois encore, de l’engagement sans faille des douaniers pour assurer la sécurité de notre pays. et accompagner nos entreprises dans leurs démarches. procédures internationales.

Mais le rapport intervient en même temps que la publication d’une enquête révélant que la majorité des entreprises britanniques sont toujours confrontées à des perturbations dans leurs échanges avec l’Union européenne depuis le Brexit, beaucoup s’attendant à ce que le problème dure pendant un certain temps.

LIRE LA SUITE: farce de l’UE! Le Royaume-Uni a investi 21 millions de livres dans l’usine AstraZeneca après le refus des Néerlandais

L’enquête Survation pour London First / EY, menée en février, a révélé que 75% avaient subi des perturbations, même si 71% ont déclaré se sentir préparés pour les changements.

Près de la moitié, 49%, ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que cela se poursuive à long terme, tandis que près d’un tiers ont déclaré qu’ils avaient arrêté de négocier avec l’UE et les pays non couverts par des accords de reconduction.

L’enquête menée auprès de 1 040 entreprises a également révélé que 29% des entreprises ont déclaré que leur base de coûts avait augmenté, la moitié de ces entreprises affirmant que ces coûts devraient être répercutés sur les clients.

Cependant, 26 pour cent ont indiqué qu’ils comprenaient mieux comment accéder à de nouveaux marchés, et 24 pour cent considéraient les nouveaux accords commerciaux comme une chance de diversifier leurs activités.

NE MANQUEZ PAS:
Farce de l’UE! Le Royaume-Uni a investi 21 millions de livres dans l’usine AstraZeneca après le refus des Néerlandais [INSIGHT]
Boris prévient que le Royaume-Uni fixera des limites de pêche à moins que l’UE ne bouge [REVEAL]
L’UE «  supplie l’Inde de 10 millions de jabs AstraZeneca  » après le blocage des expéditions vers le Royaume-Uni [LATEST]

John Dickie, directeur général par intérim de London First, a déclaré: «Il est clair que les perturbations du commerce britannique avec l’UE vont au-delà des problèmes de démarrage avec le nouveau régime.

« Si le gouvernement veut défendre la Grande-Bretagne avec succès, il doit redoubler d’efforts pour réparer nos relations commerciales avec l’UE. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *