Brexit: un eurodéputé français obstiné refuse de parler anglais au Parlement européen | Politique | Nouvelles

Michael Barnier discute des projets d’avenir de la politique française

L’eurodéputée française Julie Lechanteaux a été invitée à s’adresser à ses collègues du Parlement européen en anglais lors d’une session parlementaire virtuelle jeudi. La politicienne française a eu deux minutes pour faire valoir son argumentation devant les eurodéputés lors de la séance vidéo de sa compatriote Karima Delli.

Alors qu’elle parlait en français, Mme Delli a demandé à Mme Lechanteaux de s’adresser à la chambre virtuelle en anglais.

Mais la politicienne française têtue a carrément refusé de changer comme elle l’a affirmé avec le Brexit, la Grande-Bretagne n’étant plus présente aux sessions du Parlement, il n’était pas nécessaire d’abandonner le français.

Elle a fustigé: « Non, je suis française, et je parle pour le français. Je suis désolée, mais je vais continuer en français. »

Comme Mme Delli l’a rappelé à sa collègue réticente qu’elle est membre du Parlement européen, Mme Lechanteaux a répliqué: « Absolument, je suis membre de ce Parlement, mais je suis française, donc je défends le français et je parlerai français.

Brexit news: l’eurodéputée Julie Lechanteaux a refusé de parler anglais (Image: PARLEMENT EUROPÉEN)

Brexit news: Karima Delli a demandé à Mme Lechanteaux de parler anglais (Image: PARLEMENT EUROPÉEN)

«D’autant plus que nous n’avons plus le Royaume-Uni ici, donc nous n’avons plus personne qui parle anglais.

« Merci. Je vais prendre mes deux minutes maintenant. »

L’eurodéputé a ensuite partagé le moment litigieux sur Twitter, ajoutant: «La langue française exclue de la commission des transports du Parlement européen en raison d’une organisation déplorable, à l’image de toute l’organisation de l’Union européenne.

« Je défends les Français, donc je parle français! »

LIRE LA SUITE: L’attaque à peine voilée de Barnier contre les référendums est exposée

Depuis que le Royaume-Uni a quitté l’UE, certains politiciens français ont appelé le bloc à adopter le français comme langue de travail officielle.

Le ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré que « il sera difficile pour les gens de comprendre pourquoi nous préférerions utiliser un anglais cassé après le Brexit », après que le Royaume-Uni a finalement signé un accord commercial avec le bloc.

Au contraire, a déclaré le politicien, «habituons-nous à parler à nouveau nos langues».

NE MANQUEZ PAS:
Brexit LIVE: l’UE prépare une «  réinitialisation majeure  » avec le Royaume-Uni – Frost se prépare à des discussions [LIVE BLOG]
Les Pays-Bas craignent le commerce alors que les Néerlandais ont averti «  Le Brexit n’est pas bon pour nous  » [INSIGHT]
Macron a tenté de geler le Royaume-Uni d’un marché de 350 milliards de livres sterling [ANALYSIS]

Le Brexit signifiait qu’elle n’avait pas besoin de parler anglais, a affirmé Lechanteaux (Image: PARLEMENT EUROPÉEN)

En 2018, un haut fonctionnaire français a quitté la salle car le Conseil européen a décidé de rédiger le projet de budget pluriannuel en anglais.

Cependant, l’Union européenne semble avoir des idées claires sur la question: « Même après le retrait du Royaume-Uni de l’UE, l’anglais reste la langue officielle de l’Irlande et de Malte », lit-on sur le site dédié aux 24 langues officielles de l’UE. .

En fait, immédiatement après le référendum de 2016, il a été précisé que toute modification du régime linguistique des institutions devrait passer, entre autres, par le contrôle du Conseil européen à l’unanimité.

Brexit news: Clement Beaune a déclaré qu’il serait difficile de justifier de parler anglais après le Brexit (Image: GETTY)

Il convient toutefois de noter que sur les 27 États membres, seule l’Irlande parle l’anglais, tandis que Malte le reconnaît comme langue co-officielle.

Un autre fait à ne pas négliger est la démographie: ensemble, ces deux pays comptent un peu plus de cinq millions d’habitants contre 450 millions de l’Union européenne.

Selon les dernières données d’Eurostat, l’anglais est de loin la langue étrangère la plus étudiée dans l’enseignement secondaire supérieur de l’UE.

Plus de 87% des élèves ont étudié l’anglais au lycée en 2018.

Brexit: Beaune a déclaré que le français devrait être la langue officielle de l’UE (Image: GETTY)

L’anglais est suivi du français (19%), de l’allemand et de l’espagnol (tous deux représentant environ 18%).

Toujours en 2018 – la dernière année pour laquelle des données officielles sont disponibles – dans tous les États membres de l’UE, plus de 65% des élèves de l’enseignement secondaire supérieur ont étudié l’anglais comme langue étrangère.

Cela témoigne que, du moins jusqu’à présent, l’anglais a été considéré comme un passeport international pour accéder au marché du travail, même dans l’eurobubble de Bruxelles.

Le scénario le plus probable, cependant, est que l’anglais restera la lingua franca du syndicat pour communiquer au sein des bureaux et donc travailler.

Reportage supplémentaire de Maria Ortega

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *