«C’est tellement injuste»: la vie dans les rues de la ville française qualifiée de «perdue pour l’islam» | Nouvelles du monde

Le salon HairCoiffure de la rue Jean Jaurès, à quelques pas de la gare de Trappes, propose un cut-and-brush-dry pour les femmes à 18 € (15,50 £) et 15 € pour les hommes, un constat banal au centre de la dernière bataille dans le débat toxique de la France sur l’extrémisme religieux.

Les coiffeurs et leurs clients ont fait la une des journaux après que l’enseignant local Didier Lemaire a affirmé qu’il n’y avait pas de salons mixtes à Trappes – ce qui suggère que la ville était sous l’emprise de la radicalisation islamique. Il a également affirmé que les écoliers n’avaient pas le droit de chanter et que certaines femmes n’avaient pas accès aux cafés. Lemaire a depuis été placé sous protection policière à la suite de menaces de mort présumées.

Les accusations sont intervenues à la veille du vote des députés français sur un projet de loi controversé de lutte contre l’extrémisme islamiste, mis en avant après le meurtre brutal du professeur Samuel Paty en octobre dernier.

Mais ces affirmations ont suscité la colère et l’indignation des habitants connus sous le nom de trappistes – dont les plus célèbres sont l’acteur Omar Sy, le footballeur Nicolas Anelka et le célèbre comédien français Jamel Debbouze. Dans une interview avec l’Observer, le maire de la ville, Ali Rabbeh, a riposté.

Graphique du gardien

«Nous sommes stigmatisés», a-t-il déclaré. «Beaucoup de gens qui répandent des mensonges, des exagérations et des accusations injustes à propos de Trappes n’ont aucune idée de ce qui se passe ici. Ils n’ont jamais mis les pieds en ville.

«Oui, il y a des problèmes de drogue, de délinquance et de radicalisation. Je n’ai jamais nié cela. Mais nous travaillons pour les résoudre et ce genre d’attaques n’aide pas. Et bien sûr nos enfants chantent: ils chantent dans les écoles maternelles, primaires et secondaires. Nous avons même des chorales scolaires.

Trappes, dans la banlieue ouest de Paris près de Versailles, détient un sombre record national après le départ de plus de 60 jeunes de la région pour rejoindre l’État islamique en Irak et en Syrie, ce qui en fait une cible molle dans ce conflit politique et idéologique.

C’est également dans le département des Yvelines que Paty a été décapité en octobre dernier. Ainsi, lorsque le professeur de philosophie Lemaire, 55 ans, a affirmé que la ville était sous le joug du salafisme et «définitivement perdue» face à la république, il a eu un public captif. « Il n’y a plus de coiffeurs mixtes, les femmes nord-africaines ne peuvent plus aller dans les cafés, il y a une pression sur les femmes sur le voile … Trappes n’est plus en France », a déclaré Lemaire à la télévision française. Il a affirmé que les habitants «vivaient dans la peur» et que la laicité – la séparation chère à la France de la religion et de l’État – a été vaincue. (Lemaire a admis plus tard que ses commentaires sur les coiffeurs étaient «approximatifs», mais doublés par rapport au reste).

Rabbeh, 36 ans, fils de migrants marocains, a réagi avec colère, accusant Lemaire et les médias qui lui ont donné du temps d’antenne d’alimenter la division et de rendre la vie encore plus compliquée pour les habitants. «Les jeunes qui passent le baccalauréat cette année me disent qu’ils sont inquiets de savoir comment ils vont obtenir des places dans de bons collèges et universités quand ils disent qu’ils sont de Trappes», a déclaré Rabbeh. «C’est tellement injuste pour eux. C’est comme si à chaque fois que nous sortions la tête de l’eau, quelqu’un nous repoussait. Comme Lemaire, Rabbeh a également été protégé par la police.

Une statue du leader socialiste Jean Jaurès devant l’hôtel de ville de Trappes. Photographie: Kim Willsher / The Observer

Par un récent vendredi froid, les rues enneigées de Trappes étaient calmes. D’un côté de la ville, un groupe d’hommes a bu devant un bar près de la gare, de l’autre des fidèles agrippant des tapis de prière ruisselant de la mosquée locale. Dans les cours du lycée La Plaine de Neauphle où Lemaire a enseigné pendant 20 ans, la vitrine d’un autre coiffeur, Saint Lou Coiffure, était clairement marquée «Masculin – Féminin». La ville possède une école de musique et de danse moderne, avec des cours subventionnés pour les familles à faible revenu; le magazine Trappes publie des photos des illuminations de décembre «Magie de Noël».

À l’intérieur de la mairie, Rabbeh était furieux: «Nous savons qu’il y a un problème avec l’islamisme ici mais nous avons fait des progrès. Nous travaillons pour résoudre ces problèmes et quelqu’un arrive et nous attaque avec des mensonges, des exagérations et des accusations injustes. Parfois, je désespère.

Il a ajouté: «Un maire avec un nom différent serait-il confronté à cela? Trappes fait partie de la république française. Il est absolument faux de suggérer le contraire. »

Il serait facile de rejeter Trappes comme une autre banlieue parisienne délabrée et criblée de problèmes si ce n’était du fait qu’elle a bénéficié d’un vaste programme de rénovation urbaine. La plupart de ses tours de grande hauteur délabrées des années 1970 ont été démolies et les lotissements municipaux rénovés. De plus en plus de logements mixtes privés et publics avec parterres de fleurs et aires de jeux pour enfants remplacent progressivement les logements sociaux. Les rues sont propres, les installations locales modernisées et le lycée de Lemaire affiche les meilleurs résultats du département. Le chômage atteint 5,6% de la population active – dont la moitié a moins de 30 ans – contre 6,7% à Paris.

Le tableau n’est cependant pas tout rose: plus d’un quart des trappistes vivent sous le seuil de pauvreté et Rabbeh dit que le problème de la radicalisation islamique est «complexe» et alimenté par le sentiment que la république a abandonné les communautés locales comme Trappes.

Lorsqu’une équipe de télévision a fait une visite inopinée, les habitants se sont rassemblés pour défendre leur ville. Jacques Michelet, qui dirige le club de basket de Trappes, a rejeté l’idée qu’il avait été abandonné à l’extrémisme islamique: «Nous avons vu toutes les idéologies, nous avons vu des extrémistes et pas seulement des islamistes… mais c’est un phénomène marginal à Trappes.

Le père Etienne Guillet, le prêtre catholique local, a contesté la suggestion de Lemaire selon laquelle des habitants non musulmans ont fui. Sa congrégation compte jusqu’à 700 personnes de 45 pays différents. «Quand il y a des tensions, je rencontre les imams locaux et nous réglons les choses», a déclaré Guillet. «Ce n’est pas facile pour tout le monde de vivre ensemble et les communautés sont toujours tentées de se retirer, mais ce que je vois dans cette ville, c’est que les choses se passent bien.

Rabbeh a déclaré la semaine dernière qu’il se retirait de la rangée, publiant sur les réseaux sociaux une citation du leader socialiste français Jean Jaurès, dont la statue se trouve devant la mairie de Trappes. Il se lit comme suit: «Le courage consiste à rechercher la vérité et à la dire; ce n’est pas d’être soumis à la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains à des applaudissements insensés et à des huées fanatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *