Comment les data scientists français surclassent son administration

LORSQUE LA pandémie a éclaté, un data scientist français de 23 ans travaillait dans sa chambre chez ses parents dans une vallée savoyarde. Guillaume Rozier a commencé à tracer et à tweeter des cas de covid-19 en Italie contre ceux de France. Son analyse de données est rapidement devenue un site populaire de suivi de covid-19. En avril, il a donné naissance à «ViteMaDose» (QuickMyJab), un site Web qui, en deux clics, parcourt des sites de santé français disparates à la recherche de rares créneaux de vaccination. Il dessine désormais des vues de 2 à 3 m chaque jour.

Écoutez cette histoire

Votre navigateur ne prend pas en charge le

Profitez de plus d’audio et de podcasts sur iOS ou Android.

Les geeks de la France s’attaquent à ses puissants bureaucrates. Armés de simplicité, de clarté et d’algorithmes, ils détruisent le penchant de l’administration pour la complexité, la confusion et les règles. D’autres nouveaux sites, tels que Covidliste ou Covid Anti Gaspi, font correspondre les doses de vaccin inutilisées dans les réfrigérateurs aux preneurs consentants à proximité. «Comment», a demandé à M. Rozier un animateur de talk-show étonné, «avez-vous réussi à créer ce système que l’administration française n’a pas?»

M. Rozier, dont le site est à but non lucratif, dit qu’il a vu le besoin en se débattant en mars pour obtenir un rendez-vous pour un proche. Le système de santé français est fragmenté, sans réservation centralisée; les livraisons de vaccins sont inégales. Il a collaboré pour affiner l’algorithme et la conception. «De nombreuses personnes nous contactent pour nous remercier d’avoir aidé à trouver des rendez-vous», dit-il. « C’est vraiment cool. »

Les 5 millions de bureaucrates français sont maîtres de l’art de la convolution. Lorsque le gouvernement a lancé un nouveau verrouillage en mars, il a mis au point un formulaire d’autorisation de quitter la maison de deux pages, avec 15 justifications différentes, avant de le mettre de côté face au ridicule. Les règles actuelles mêlent précision et farce. Les Français peuvent acheter de l’alcool, par exemple, mais pas des sous-vêtements.

Le président Emmanuel Macron tente de refondre l’administration. Il abolit l’élite ÉcoleNationale d’Administration. Cédric O, son ministre du numérique, pilote le premier certificat de santé numérique de l’Union européenne, pour un voyage en Corse. Mais les bureaucrates sont généralement meilleurs pour élaborer des règles et collecter des informations que pour les rendre compréhensibles. Allez les geeks.

Cet article est paru dans la section Europe de l’édition imprimée sous le titre « Geeks contre bureaucrates »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *