question-5601053

Dépendance : qu'est-ce que l'aide aux aidants ?

Aider dans sa vie quotidienne une personne dépendante peut être difficile sur le plan psychologique, physique, social ou encore financier. Heureusement, des aides existent pour les aidants familiaux.

En tant qu’aidant familial, je peux obtenir un soutien financier via différents dispositifs :

  • L’APA : si la personne que j’aide est une personne âgée ou handicapée bénéficiant de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), celle-ci peut choisir de m’employer et de me rémunérer par le biais de cette allocation. La personne dépendante doit me déclarer comme employé auprès de l’Urssaf (l’Union de Recouvrement pour la Sécurité Sociale et les Allocations Familiales). Elle peut également utiliser le CESU (Chèque Emploi Services Universel).
  • La compensation financière : si la personne dont je m’occupe bénéficie d’une Prestation de Compensation du Handicap (PCH), je peux recevoir une compensation financière (qui n’excède pas 85% du SMIC). Pour cela, la personne dépendante doit effectuer des démarches auprès du Conseil général de son département.

Le soutien psychologique

Je peux également avoir accès à des soutiens d’ordre psychologique. En me rendant à la mairie, dans un Centre Communal d’Action Sociale ou à la Maison Départementale des Personnes Agées, je peux me renseigner sur les noms des associations et des organismes capables de me proposer une aide de ce type : groupes d’entraide ou de parole, associations d’aidants…

En outre, la caisse de retraite du proche dont je m’occupe peut mettre à ma disposition des aides psychologiques.

La formation

Je peux acheter en libraire ou à la Documentation française (pour 8 euros) un « Guide d’aide aux aidants » publié par le ministère de la Santé. Je peux également avoir accès en ligne à une ancienne édition de celui-ci .

Des formations spécifiques existent selon la maladie dont souffre la personne que j’aide. L’association France Alzheimer, par exemple, propose une formation pour les aidants familiaux avec un psychologue.

Le suivi médical

Enfin, je peux bénéficier de congés me permettant de suspendre temporairement mes activités professionnelles afin de m’occuper pleinement de mon proche :

  • Le congé de soutien familial : si je m’occupe d’un membre de ma famille handicapé ou étant victime d’une perte d’autonomie grave. Ce congé dure 3 mois et peut être renouvelé pour une durée maximale d’un an sur l’ensemble de ma carrière professionnelle,
  • Le congé de solidarité familiale : si je m’occupe d’un proche souffrant d’une pathologie mettant en jeu son pronostic vital. Dure au maximum 3 mois et peut être renouvelé une fois,
  • Le congé de présence parentale : si je m’occupe d’un enfant souffrant d’un handicap, atteint d’une maladie grave ou victime d’un accident grave. Dure 310 jours sur une période de 3 ans.

Durant ces congés particuliers, je ne suis pas rémunéré(e).

  • Famille
  • Aides financières
  • Vie professionnelle
  • Vie de couple

Partager0 Tweeter0 Envoyer0 question-5601053

Afin de mieux prendre en charge la pathologie dont souffre mon proche, il peut m’être utile de consulter les informations que fournissent les sites des associations : l’Association des paralysés de France, le Groupement pour l’insertion des personnes handicapées physiques, l’Alliance Maladies rares, etc…