Des livres et de la politique: le changement vient-il d’une tradition française?

Comme les coucous au printemps, les premiers livres politiques de la prochaine saison électorale paraissent en France avant ce qui pourrait être une bataille historique pour la présidence en 2022.

De tels livres ne sont pas rares: la France est une nation farouchement littéraire et ses présidents, ministres, parlementaires et bureaucrates comptent parmi les auteurs politiques les plus prolifiques du monde. Ils écrivent aussi beaucoup de fiction.

Edouard Philippe, premier Premier ministre du président Emmanuel Macron et l’un des politiciens les plus populaires du pays, est le dernier à se joindre à la mêlée avec un récit typiquement français de ses trois années au pouvoir – discursif, elliptique et à court de révélations sur Macron mais plein d’indices. sur la manière dont le pays devrait être dirigé par un leader de centre droit comme lui.

Michel Barnier, ancien négociateur de l’UE sur le Brexit et autre candidat potentiel à la présidentielle, verra La Grande Illusion, sur les quatre années qui ont secoué l’Europe, publié le mois prochain. Le 10e livre du ministre des Finances Bruno Le Maire, L’Ange et la Bête, est sorti en janvier.

Mais c’est Philippe – dont la moitié de la barbe est devenue blanche avec le stress de la gestion des manifestations anti-gouvernementales des gilets jaunes et du début de la pandémie de Covid-19 – qui fait l’objet de ragots politiques à Paris. On pense qu’il est fidèle à Macron mais ne s’est pas exclu en tant que candidat en 2022; certains soupçonnent qu’il pourrait «faire un Macron», imitant son astuce de 2017 consistant à arracher le palais de l’Élysée des mains de l’homme qui l’avait nommé.

Par le passé, les écrivains-politiques français ont canalisé les réflexions maritimes de l’ancien footballeur Eric Cantona («Quand les mouettes suivent le chalutier, c’est parce qu’ils pensent que les sardines seront jetées à la mer», a-t-il jadis entonné). L’ancien Premier ministre Dominique de Villepin a écrit Le Requin et la Mouette («l’alliance parfaite des contraires célébrée par les philosophes et les poètes»). Le dirigeant d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon a examiné l’économie allemande dans son livre Bismarck’s Herring.

Bien que Philippe soit maire du port de la Manche du Havre, lui et son co-auteur, l’eurodéputé Gilles Boyer, ont fui les métaphores marines et choisi l’art et la littérature comme fil conducteur des Impressions et lignes claires. «Si ce livre était une peinture, il prétendrait être impressionniste», écrivent-ils de façon prodigieuse, «avec des coups de pinceau visibles, qui, pris séparément, peuvent sembler indistincts mais, vus ensemble, peuvent parfois représenter un paysage, une personne, une époque.»

Philippe et Boyer dévoilent un secret politique ironique: lorsqu’ils ont conseillé le candidat à la présidentielle Alain Juppé il y a quatre ans, ils lui ont suggéré de choisir Macron comme Premier ministre et de nommer Jean Castex au poste de secrétaire général de l’Elysée. Macron, bien sûr, est maintenant président, et Castex est le Premier ministre qu’il a nommé pour remplacer Philippe.

Les rares anecdotes personnelles sont plus révélatrices. Philippe avait tellement peur des responsabilités de Premier ministre qu’il a perdu 6 kg dans les 10 jours précédant son départ. Et il a eu des «sueurs froides» au plus fort de la crise de Covid-19 l’année dernière quand il semblait que la France serait à court de médicaments et de lits de soins intensifs.

Dans l’ensemble, cependant, le ton du livre ne ressemble à rien de ce qui est habituellement publié au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Il n’y a pas d’anecdotes franches et franches comme dans le Journal de l’épouse d’un député de Sasha Swire, ou même les portraits à la plume de Barack Obama dans Une terre promise, y compris sa description cinglante du président français de l’époque Nicolas Sarkozy avec un coq nain ».

Au lieu de cela, le lecteur d’un livre politique français devrait savourer les prétentions littéraires de l’auteur et se familiariser avec la distribution des personnages avant de lire la première phrase: Philippe ne fait référence à Macron par son nom qu’à la page 46.

Mais peut-être, juste peut-être, Philippe est-il le signe avant-coureur d’un nouveau style plus populiste d’écrivain politique français.

Parallèlement aux références obligatoires à Churchill et de Gaulle et à une série de biographes et d’artistes français, il parvient à rendre hommage à la culture cinématographique et télévisuelle anglo-saxonne de Game of Thrones à Star Wars. Juste visible sur la photo de couverture de Philippe se trouve un bouton de manchette avec le message: « Que la force soit avec vous. »

victor.mallet@ft.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *