Des responsables français mettent en doute le prêt de la Tapisserie de Bayeux à la Grande-Bretagne

Délivré le: 18/03/2021 – 08:32

Il est peu probable que la tapisserie française de Bayeux aille au Royaume-Uni en raison de l’état fragile de cet artefact vieux de près de mille ans, ont déclaré les responsables des musées et de la ville alors qu’ils se préparaient à effectuer la première restauration de la tapisserie en plus de 150 ans.

La tapisserie de 70 mètres de long est exposée dans un musée de la ville de Bayeux, en Normandie, où les visiteurs peuvent se promener dans une pièce sombre et regarder à travers une enceinte de verre la représentation de la conquête normande de l’Angleterre en 1066.

Au milieu des négociations sur le Brexit en 2018, le président français Emmanuel Macron et la Première ministre britannique de l’époque Theresa May ont conclu un accord pour que la tapisserie soit prêtée à la Grande-Bretagne dans un geste de bonne volonté pour les relations franco-britanniques après le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Mais après un examen de janvier 2020 qui a identifié près de 24200 taches et 10000 trous, les experts ont déclaré que la tapisserie avait l’air plus intacte qu’elle ne l’est en réalité, avec une fragilité dans la structure de la toile et le support de la broderie aux points faibles.

Les responsables préparent actuellement la première restauration de la tapisserie depuis 1870, non pas pour nettoyer les taches ou réparer tous les trous, mais pour garantir son état actuel. Mais il y a un doute que même une tapisserie restaurée pourra traverser la Manche.

« La tapisserie est une vieille dame de près de 1 000 ans, une toile de lin très, très fine brodée de laine qui présente désormais de multiples signes de détérioration », a déclaré à l’agence de presse AFP Antoine Verney, conservateur en chef du musée.

«Il ne peut pas voyager tant qu’il n’a pas été restauré, mais une question demeure: peut-il voyager lorsqu’il est restauré», a demandé Verney.

La ville de Bayeux, la gardienne de la tapisserie qui appartient à l’Etat français, a été plus concluante, affirmant qu’elle ne serait pas autorisée à partir.

«La seule justification pour éventuellement le déplacer est de le restaurer», a déclaré à l’AFP Loic Jamin, adjoint au maire de Bayeux pour le tourisme.

Le musée doit être reconstruit

On pense que la tapisserie a été fabriquée à Canterbury quelques années après la conquête normande, lorsque Guillaume le Conquérant a dirigé une force d’invasion à travers la Manche.

L’histoire qu’il raconte culmine avec la défaite du roi anglo-saxon Harold lors de la bataille de Hastings en 1066, qu’il dépeint dans une image, bien connue de générations d’écoliers britanniques, d’Harold recevant une balle dans l’œil avec une flèche normande.

Avant la pandémie de Covid-19, elle attirait 400 000 visiteurs par an, dont 70% venaient de l’étranger.

Les dirigeants français et britannique avaient espéré que le prêt aurait lieu en 2022, ce qui semble désormais improbable. La restauration ne commencera probablement pas avant 2024, date à laquelle la reconstruction du musée lui-même est également prévue.

Même déplacer la tapisserie pour l’examen de 2020 impliquait les efforts coordonnés de 50 personnes, a déclaré Verney.

Deux précédents projets de prêt de la tapisserie ne se sont jamais concrétisés: l’un pour le couronnement d’Elizabeth II en 1953 et l’autre pour le 900e anniversaire de la bataille de Hastings en 1966.

(Avec AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *