Emmanuel Macron suscite une furieuse indignation en refusant de s’excuser – «C’est fou! | Politique | Nouvelles

Le président Emmanuel Macron a défendu jeudi sa décision de ne pas imposer un troisième lock-out fin janvier, contre l’avis de nombreux scientifiques. Il a déclaré: «Nous avons eu raison de ne pas mettre en place un lock-out en France à la fin du mois de janvier car nous n’avons pas eu l’explosion de cas que chaque modèle prévoyait.

« Je n’ai pas de mea culpa à faire, pas de regrets. Nous avons eu raison de le faire. »

Les commentaires ont suscité l’indignation en France alors que le pays a signalé vendredi 41 869 nouveaux cas de COVID-19 après avoir enregistré 45 641 jeudi et 35 088 il y a une semaine, mettant le système hospitalier à rude épreuve.

Les proches des personnes décédées du COVID-19 se sont tournés vers les réseaux sociaux pour exprimer leur indignation.

Lionel Petitpas, dont la femme, Joelle, est décédée l’année dernière, a déclaré: «J’ai commencé à l’écouter, et ça a commencé à m’énerver et j’ai dû changer de chaîne.

« C’est fou. Macron, le Premier ministre, ils pensent toujours qu’ils prennent la bonne décision. En tant que citoyen, je déclare que non, car nous nous trouvons exactement dans la même situation qu’il y a un an. « 

Il a ajouté: «À quoi sert une économie s’il n’y a plus personne en assez bonne santé pour la faire fonctionner?»

Le nombre de personnes dans les unités de soins intensifs atteintes de COVID-19 a augmenté de 57 pour atteindre un sommet de 4766 en 2021, selon les données du ministère français de la Santé.

Trois autres régions françaises, dont le département du Rhône autour de la ville de Lyon, seront soumises à des restrictions COVID-19 renforcées pendant quatre semaines à partir de minuit vendredi, a annoncé jeudi le gouvernement.

LIRE LA SUITE: Get over it Joe! Biden dit de se concentrer sur le présent et non sur le passé

Le Dr Mohamed El Hadi Djerad de l’hôpital Pierre Beregovoy de Nevers en Bourgogne a déclaré à la chaîne de télévision locale France-3: «Nous sommes à un taux d’occupation de 100% depuis près d’un mois. Nous avons étendu nos capacités au maximum.

«Nous sommes dans une situation de crise.»

Contrairement à l’approche du président français, la chancelière allemande Angela Merkel a admis que c’était une « erreur » d’annoncer de nouvelles restrictions de verrouillage pour une période de cinq jours pendant les vacances de Pâques.

Mme Merkel et les dirigeants des 16 États allemands ont appelé les citoyens à rester chez eux pendant cinq jours pendant les vacances de Pâques, déclarant les 1er et 3 avril comme « jours de repos » supplémentaires.

La mesure aurait signifié que tous les magasins, y compris les magasins essentiels, ferment pour un jour supplémentaire.

Elle a déclaré: « L’idée d’un arrêt de Pâques a été rédigée avec les meilleures intentions. Nous devons de toute urgence arrêter et inverser la troisième vague de la pandémie. »

Mais il n’a pas été possible d’appliquer aussi rapidement les mesures convenues à la hâte.

Mme Merkel a admis: « Cette erreur est la mienne seule. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *