En France, il n’y a pas d’échappatoire aux sceptiques du vaccin Covid. Que penserait Pasteur? | France

Il y a une blague qui fait le tour en France: comment faire pour qu’un Français se fasse vacciner contre Covid? Dites-lui qu’il ne peut pas l’avoir.

Mon dentiste – qui est français – a raconté cela et l’a trouvé hilarant. Mon médecin – qui n’est pas français – n’était pas si amusé. Comme d’autres médecins généralistes, elle a essayé, et pas toujours réussi, de persuader ses patients de recevoir le vaccin AstraZeneca. Oui, vous avez bien lu, en essayant de persuader.

Alors que les Britanniques ont donné leurs bras droit et gauche pour un vaccin Covid-19, ici, en France encore sceptique, les gens le refusent. Et pas seulement le jab anglo-suédois AstraZeneca, bien qu’il n’ait pas aidé qu’après avoir reçu une mauvaise presse injustifiée, c’est celui qui est livré aux généralistes.

La désinformation, la méfiance et les rumeurs carrément dingues ont transformé ce qui aurait dû être une opération assez routinière en un cauchemar organisationnel. Des médecins comme le mien qui n’ont reçu que 10 doses d’AstraZeneca par semaine – qui doivent toutes être administrées dans un délai de 48 heures – consacrent un temps et une énergie précieux à essayer de rassembler seulement 10 patients consentants.

Les raisons du scepticisme français vis-à-vis des vaccins sont déjà bien documentées: les précédents scandales sanitaires ont semé le doute; les Français se méfient de leurs politiciens et de la Big Pharma et se plaignent de ne pas se faire dire quoi faire. La destruction malavisée par le président Macron du vaccin AstraZeneca sur la base d’une interprétation erronée des données scientifiques n’a pas aidé.

Pourtant, il est surprenant de rencontrer une pensée aussi illogique, voire non éclairée, dans le pays qui a produit à la fois Louis Pasteur et René Descartes.

Après un an de verrouillages, de couvre-feux, de fermetures de restaurants, de bars, de cinéma, de théâtre, de gymnases et autres et la sévère restriction des libertés, sans parler du basculement général de l’économie, on pourrait imaginer les Français se précipitant pour la sortie du cauchemar pandémique. que les vaccins offrent.

Une manifestation contre la fermeture par le gouvernement français de lieux culturels, place de la Bastille, à Paris, l’année dernière. Photographie: Ian Langsdon / EPA

Et beaucoup de ceux qui refusent sont ceux qui ont le plus de raisons de se faire vacciner: eux-mêmes à haut risque ou susceptibles de transmettre le virus à d’autres personnes vulnérables. La semaine dernière, à la grande surprise générale, le Premier ministre Jean Castex a révélé que seuls 40% des agents de santé du pays avaient été vaccinés. Il a rappelé aux autres qu’ils avaient la responsabilité «d’eux-mêmes, de leurs familles et de ceux dont ils s’occupent» pour remédier à ce tout de suite.

Il y a des échos du débat rancunier britannique sur le Brexit dans les réponses que certains donnent pour avoir refusé de se faire vacciner. C’est comme marcher sur des œufs en posant même la question, et les réponses – profondément, sincèrement et sincèrement retenues – n’ont souvent aucun sens pour ceux qui croient qu’avoir des vaccins en général, et celui de Covid en particulier, est une responsabilité individuelle et collective.

Dans un supermarché d’une petite ville de Bourgogne, j’ai entendu une femme détailler ses problèmes de santé et ceux de son mari, y compris le cancer, un récent contact avec la mort nécessitant un pontage cardiaque multiple et des tests de dépistage du diabète. On lui a demandé si elle prévoyait de se faire vacciner.

Une personne âgée à l’extérieur du Vacci’Bus, qui a été converti en centre de vaccination Covid-19 qui traverse des villages isolés près de Reims. Photographie: Pascal Rossignol / Reuters

«Non, absolument pas. Personne ne sait ce qu’il contient », a-t-elle déclaré. Un sondage non scientifique auprès des voisins a révélé des sentiments similaires: «Cela a été développé trop rapidement», «ce n’est pas sûr», «cela cause l’autisme», «cela ne fonctionne pas», «il y a quelque chose de louche dans tout cela…»

De retour à Paris, un collègue m’a dit que ses deux beaux-parents âgés avaient de graves problèmes de santé mais refusaient de se faire vacciner. Un autre a déclaré qu’il connaissait un couple de professionnels qui n’étaient «pas anti-vaccins… mais heureux d’attendre et de voir comment cela fonctionnait au Royaume-Uni».

Une enquête tout aussi non scientifique sur les réseaux sociaux a montré que les raisons du scepticisme étaient nombreuses, variées et réparties dans toute la France. Alors que certains Français avaient harcelé leur médecin pour obtenir le vaccin ou parcouru des kilomètres pour obtenir une dose, d’autres confondaient la science et la logique avec des affirmations selon lesquelles le vaccin changerait leur ADN ou était aussi néfaste pour la santé humaine que la 5G et les compteurs d’électricité intelligents.

Une américano-parisienne m’a dit qu’elle « avait plusieurs Français que je considère comme assez intelligents qui m’ont dit qu’ils craignaient de ne pas avoir eu le temps de faire des recherches approfondies sur la sécurité de tout cela. »

Un autre ami rapporte: «Dans les régions rurales d’Auvergne, le scepticisme est omniprésent. J’ai entendu des agriculteurs dire: «Je ne veux pas d’un vaccin qui pourrait me rendre malade. Même un ami qui travaille à Intermarché (supermarché) a dit que pas dans un million d’années… le scepticisme vis-à-vis des vaccins semble aussi aller de pair avec la peur du compteur électrique Linky.

Il semblerait que les théories du complot puissent l’emporter sur la réputation légendaire de la France en matière d’hypocondrie, et le scepticisme des vaccins l’emporte sur les craintes d’un virus qui a déjà tué près de 88000 personnes ici.

Mis à part le scepticisme, le déploiement du vaccin en France a été terriblement lent. Depuis le 18 janvier, date du début des vaccinations, la France a reçu un peu moins de 7,86 millions de vaccins. Les derniers chiffres disponibles montrent que moins de 3,39 millions de personnes ont reçu une dose et un peu plus de 1,83 million deux doses. Le scepticisme n’explique pas pourquoi des millions de doses de vaccins sont toujours dans les réfrigérateurs, et pourquoi chaque week-end, le nombre de vaccins administrés tombe à un filet relatif. L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée en France est une chose merveilleuse et enviable, mais comme Emmanuel Macron l’a répété à plusieurs reprises, il s’agit d’une «guerre» contre un virus mortel.

Après que Castex a annoncé que la France accélérerait les vaccinations la semaine dernière, y compris le week-end, un collègue a plaisanté: «Dans quoi le pays va-t-il arriver?», Mais au rythme actuel, le site Web VaccineTracker estime qu’il faudra jusqu’au 7 mars 2023 pour vacciner l’adulte population.

Et ce n’est pas une blague.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *