En France, les artistes occupent les théâtres avec un message fort: «  Rouvrir la culture  »

Les théâtres français sont peut-être fermés, mais de nombreux artistes insistent pour que le spectacle continue.

Depuis près d’un mois, des artistes de toute la France occupent illégalement des espaces culturels vides dans le cadre d’un appel à «rouvrir la culture».

«Tout le monde veut travailler.»

Denis Gravouil, directeur, CGT Spectacle

«Tout le monde veut travailler», a déclaré Denis Gravouil, le directeur de CGT Spectacle, un syndicat de la cinématographie et de l’audiovisuel derrière l’occupation.

En relation: la France annonce de nouvelles restrictions virales en région parisienne

Gravouil fait partie des 42 personnes qui vivent à l’intérieur du théâtre de l’Odéon sur la rive gauche de Paris depuis début mars. La majorité est au chômage depuis le début de la pandémie de coronavirus.

Aujourd’hui, le hall est drapé de drapeaux syndicaux et de dessins animés se moquant du gouvernement français. Les matelas pneumatiques occupent une partie des sols en marbre. Il y a même un coin entier dédié à la fabrication de panneaux de protestation.

Alors que la communication avec les metteurs en scène du théâtre public a été au mieux fragile, Gravouil a déclaré qu’ils hésitaient à expulser les artistes.

«Bien sûr, il est légalement possible pour le [directors] pour nous faire partir … mais ce n’est pas vraiment une bonne idée pour un artiste de renvoyer d’autres artistes », a déclaré Gravouil.

En relation: la France lance un collectif de citoyens pour lutter contre le scepticisme vis-à-vis des vaccins

Les revendications du groupe au gouvernement sont doubles: Rouvrir les espaces culturels avec des politiques de distanciation sociale et de port de masques appropriées et fournir aux artistes un soutien financier plus important.

De nombreux artistes en France travaillent sous un statut spécial dit «intermittent», qui tient compte du caractère saisonnier de leur travail.

Pendant la basse saison, les 250 000 intermittents du pays reçoivent de généreuses allocations de chômage. Pour se qualifier, les artistes doivent travailler au moins 507 heures par an. Les prestations sont ensuite calculées en fonction de leur revenu mensuel moyen pendant leur période de travail.

En mai dernier, le gouvernement français a annoncé qu’il prolongerait les allocations de chômage régulières jusqu’au 21 août. Mais Gravouil a déclaré que ce n’était toujours pas suffisant pour que la plupart des gens vivent.

«Surtout dans des villes comme Paris, vous avez de la chance si ces avantages couvrent votre loyer mensuel», a-t-il déclaré.

En mars, le gouvernement a annoncé une aide financière supplémentaire d’un million d’euros pour le secteur culturel du pays.

En relation: La France est-elle en train de «  somnoler  » pour voter pour l’extrême droite?

«Aucun autre pays au monde ne soutient la culture comme nous», a déclaré la ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot, qui a exhorté les manifestants à abandonner leurs manifestations.

«Occuper des sites culturels n’est pas la bonne façon. … Ces cascades sont dangereuses, car elles menacent des sites culturels fragiles.

Ministre de la Culture française Roselyne Bachelot

«Occuper des sites culturels n’est pas la bonne façon», a-t-elle déclaré. «Ces cascades sont dangereuses car elles menacent des sites culturels fragiles.»

Quant à la réouverture, elle n’arrivera pas de sitôt. Malgré les efforts déployés pour l’éviter, le président français Emmanuel Macron a annoncé mercredi un troisième verrouillage national d’un mois.

EN RELATION: Happy hour annulé en France sous un couvre-feu strict contre les coronavirus

Les unités de soins intensifs de la région parisienne sont à 140% de leur capacité, selon le traqueur quotidien français COVID-19 via le ministère de la Santé. Les nouveaux cas quotidiens de COVID-19 ont plus que doublé depuis février, atteignant plus de 40000.

Malgré la détérioration de la crise de santé publique, les artistes continuent d’organiser des spectacles en plein air. Chaque après-midi, les gens se rassemblent sur la grande terrasse devant le théâtre de l’Odéon à Paris pour ce qu’on appelle des performances sans agora, allant des orchestres classiques aux percussionnistes modernes.

«Les gens en ont besoin. … La culture est quelque chose qui devrait appartenir à tout le monde.

Valérie Massadian, cinéaste, occupante, organisatrice d’agora

«Les gens en ont besoin», a déclaré Valérie Massadian, une cinéaste et occupante qui aide à organiser les agoras.

Après tout, a-t-elle dit, «la culture est quelque chose qui devrait appartenir à tout le monde».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *