France chaos alors que les manifestations éclatent à travers le pays – la police charge les foules et lance des gaz lacrymogènes | Monde | Nouvelles

La violence a éclaté en France après que des manifestants sont descendus dans la rue pour les manifestations annuelles du 1er mai. La police de Lyon s’est heurtée à des manifestants après qu’un grand nombre de syndicats et d’activistes de gauche ont tenté de traverser la ville. Des images de la scène montrent le chaos dans les rues alors que la police anti-émeute tente à plusieurs reprises de forcer la marche à revenir avec des accusations de gaz lacrymogène et de matraque.

La mêlée semble avoir éclaté alors que des officiers français en pleine émeute tentent d’arrêter la progression de la marche vers la place Bellecour dans le centre de Lyon.

Des images partagées sur les réseaux sociaux montrent que des flics montent plusieurs accusations dans la foule de manifestants cagoulés devant la manifestation.

On peut voir des manifestants masqués essayant de repousser la police alors que les deux parties échangent des coups.

Pendant ce temps, des canons à eau, ainsi que des gaz lacrymogènes, ont été déployés alors que les autorités tentent de réimposer l’ordre dans la ville.

JUST IN: Coronavirus: l’UE a honte car le programme de relance économique «  n’est pas à la hauteur de la tâche  » – «  Regardez Biden  »

À un moment donné pendant les violences, des manifestants cagoulés parviennent à repousser la police lourdement armée.

Un officier a été jeté au sol et a dû être défendu par un collègue alors que la foule de manifestants se précipitait.

Ailleurs, un autre policier semble avoir été blessé et a dû être aidé à se relever car des officiers munis de boucliers le protègent des missiles venant de la foule.

La police avec des gaz lacrymogènes a également commencé à tirer sur la foule alors que les agents tentaient de dégager les manifestants cagoulés de la rue.

La Fête du Travail ou Fête du Travail est une fête traditionnelle en France qui voit fréquemment des partisans d’extrême gauche s’affronter avec les autorités lors de défilés et de manifestations annuels.

Le 1er mai de cette année survient au milieu d’une crise politique pour le président français Emmanuel qui a menacé de plonger le pays dans des troubles civils.

Plus tôt cette semaine, 20 général français à la retraite ont écrit une lettre à M. Macron dans laquelle il était affirmé que «l’islamisme» menaçait de déclencher une guerre civile en France.

La lettre disait: «Il n’y a pas de temps pour gaufres, ou demain la guerre civile mettra fin à ce chaos grandissant et les morts, dont vous porterez la responsabilité, seront comptés par milliers.

Les anciens commandants affirmaient que les «islamistes» en France «détachaient de grandes parties de la nation» et transformaient les banlieues françaises en «territoire soumis à des dogmes contraires à notre constitution».

Ils ont également fait valoir que M. Macron avait accru les tensions dans le comté grâce à la réponse brutale de la police aux manifestants des «gilets jaunes» qui se sont emparés de la France.

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a condamné fermement la lettre et a accusé l’armée de briser sa neutralité constitutionnelle, a-t-elle déclaré: «Deux principes immuables guident l’action des militaires en matière de politique: la neutralité et la loyauté».

« Pour ceux qui ont violé le devoir de réserve, des sanctions sont prévues, et s’il y a des soldats actifs parmi les signataires, j’ai demandé au chef d’état-major des forces armées d’appliquer les règles … c’est-à-dire des sanctions. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *