France – CNN

Les commentaires du ministre français de la Santé, Olivier Véran, sont intervenus au lendemain du jour où Rome a invoqué les pouvoirs de l’Union européenne pour bloquer l’exportation de 250000 doses de vaccin Covid-19 AstraZeneca vers l’Australie, dans une escalade dramatique d’un différend entre le bloc et le géant de la drogue.

« Bien sûr, je comprends ce que l’Italie a fait », a déclaré Véran lors d’un entretien avec l’affilié de CNN BFM vendredi. « Nous pourrions faire la même chose. »

Un porte-parole du Premier ministre italien Mario Draghi a déclaré à CNN que l’Italie et la Commission européenne s’étaient entendues sur l’action. C’est la première fois que de telles mesures de l’UE sont utilisées pour les vaccins. La chaîne d’approvisionnement d’AstraZeneca comprend une usine de fabrication à Anagni, en Italie.

« Nous discutons étroitement avec les Italiens, ainsi qu’avec tous nos partenaires européens pour avoir une approche européenne sur la question. » Dit Véran.

« Depuis le premier jour, la France croit en une approche européenne partagée », a-t-il ajouté.

Fin janvier, une lutte publique et acrimonieuse a éclaté entre l’UE et AstraZeneca au sujet des retards de vaccination, après que la société ait informé le bloc qu’elle délivrerait des dizaines de millions de doses de moins que ce qui avait été convenu d’ici la fin du mois de mars.

La Commission européenne a par la suite adopté de nouvelles mesures donnant aux États membres le pouvoir de restreindre l’exportation de vaccins en dehors du bloc, dans certaines situations. L’Italie a justifié d’invoquer les pouvoirs en citant les retards d’AstraZeneca dans la fourniture de son vaccin à l’Italie et à l’UE, et en notant que l’Australie n’est pas considérée comme une nation «vulnérable» au Covid-19 par l’UE.

« Le message est très clair … que nous attendons des entreprises avec lesquelles l’Union européenne a signé des accords d’achats anticipés, qu’elles mettent tout en œuvre pour respecter les contrats avec les contrats de livraison qu’elles ont avec les États membres », Eric Mamer , a déclaré vendredi le principal porte-parole de l’Union européenne.

Il a ajouté: « Le fait est que l’Union européenne (UE) est un grand exportateur de doses de vaccins. »

« Nous avons toujours dit que nous étions en fait en discussions intenses avec l’entreprise afin de garantir le respect du calendrier des livraisons car l’EMA a autorisé ce vaccin, et nous exhortons les États membres à l’utiliser. »

Le vice-président exécutif chargé du commerce de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a discuté de la question avec son homologue australien Dan Tehan lors d’un appel vendredi.

« Bien que nous comprenions les pressions politiques en jeu en Europe, bloquer les exportations pour atteindre les objectifs nationaux de vaccination est une carte très dangereuse à jouer pour les décideurs », a averti jeudi John Denton, le secrétaire général de la Chambre de commerce internationale (CCI) dans un communiqué. .

Il a ajouté: «Le défi de faire parvenir les vaccins à tout le monde, partout – sans délai – ne sera relevé que grâce à un effort mondial collaboratif visant à étendre la fabrication et à accélérer les efforts de distribution. Il n’est pas trop tard pour que les gouvernements changent de cap et évitent l’énorme crise économique. et les risques sociaux d’une pandémie prolongée. « 

Les remarques de Véran interviennent un jour après que la France a annoncé son intention d’accélérer le programme de déploiement du vaccin contre le coronavirus dans le pays, avec une augmentation des livraisons attendue, selon le Premier ministre français Jean Castex.

« La livraison de doses à la France augmentera dans les semaines à venir », a déclaré Castex lors d’un point de presse jeudi.

« Nous pourrons également utiliser le vaccin AstraZeneca plus largement. La Haute Autorité de la Santé a indiqué que les personnes de plus de 65 ans sont désormais éligibles pour ce vaccin », a ajouté Castex, notant que le gouvernement vise à vacciner plus de 20 millions de personnes d’ici mi -Peut.

Le déploiement des vaccins dans l’UE a continué de faiblir, poussant certains États membres de plus en plus frustrés à se tourner vers des pays extérieurs pour obtenir de l’aide. Seulement 5,5% de la population de l’UE de 447 millions a reçu une première dose de vaccin, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Castex a averti que seul un travailleur de la santé sur trois en France avait jusqu’à présent reçu un vaccin et a déclaré que les hôpitaux à travers le pays étaient « toujours sous forte pression ».

Véran était également présent lors de la conférence de presse de jeudi. «Nous avons des vaccins efficaces, à commencer par AstraZeneca. Il est de notre responsabilité de nous protéger et de protéger ceux dont nous prenons soin», a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *