La capitale française déborde de déchets alors que la campagne #SaccageParis expose des problèmes de déchets

Des photographies choquantes inondent les réseaux sociaux montrant des rues parisiennes célèbres débordant d’ordures, de matelas souillés, de voitures abandonnées et de divers autres types de saletés.

La ville emblématique des lumières s’est progressivement transformée en ville de déchets ces dernières semaines et les habitants de la capitale française sont furieux.

Les rues pavées, les ruelles étroites, les voies navigables tranquilles, les lits de jardin et les parcs tentaculaires à travers une grande partie de Paris sont devenus des dépotoirs pour tout et n’importe quoi.

CONNEXES: Des mutations hautement contagieuses saisissent l’Europe dans une «  toute nouvelle pandémie  »

Un seul utilisateur anonyme de médias sociaux a commencé à télécharger des images de ses rencontres avec des tas d’ordures dans des lieux publics le mois dernier, aux côtés du hashtag #SaccageParis – ou #TrashParis en anglais.

Il a explosé depuis, avec des milliers de photos à couper le souffle relatant la dégradation de Paris en ce que les habitants décrivent comme un «bidonville» et un «dépotoir».

Les responsables de la mairie de Paris accusent une réduction de 10% du nombre de nettoyeurs employés pour garder les rues propres, en raison de la pandémie de coronavirus.

Mais les habitants en colère disent que la chute de la capitale a commencé bien avant que COVID-19 ne lève la tête, la ville simplement abandonnée par ses politiciens.

Bien que les ordures soient le principal problème qui attire l’attention, un examen plus approfondi révèle que beaucoup de choses sont tombées dans un état de désarroi.

Les jardinières sont cassées ou graffitées et contiennent des arbustes morts depuis longtemps, les bancs s’effritent ou ont été arrachés, les boîtes à fusibles tombent des murs et les panneaux de signalisation manquent, pour ne citer que quelques problèmes d’entretien.

Et beaucoup blâment une seule personne – la mairesse Anne Hidalgo.

CONNEXES: Le couvre-feu de Paris COVID transforme les rues animées en ville fantôme

La politicienne socialiste, qui est devenue la première femme à diriger la ville, a été réélue pour un second mandat l’année dernière.

Mais la question de l’assainissement et de la propreté à Paris menace de saper sa position et ses futures aspirations politiques.

Des allégations de campagne de dénigrement émergent

Marine le Pen, figure d’extrême droite en France et ancienne candidate à la présidentielle, a utilisé la saga des ordures pour attaquer Mme Hidalgo et la politique socialiste plus largement.

Du jour au lendemain, le conseil municipal de Paris a finalement répondu aux critiques en affirmant que la campagne Twitter était l’œuvre de personnalités d’extrême droite engagées dans une politique sale.

Cela fait écho au sentiment du politicien socialiste David Assouline, qui a émis l’hypothèse que les aspirations largement inclinées de Mme Hidalgo à se présenter à la présidence l’année prochaine ont effrayé le droit.

Dans le même temps, la Mairie a reconnu que «comme toutes les villes de France», Paris souffre «d’incivilités» en matière de propreté.

Et pour contrer les attaques, le compte Twitter officiel de la ville de Paris a commencé à publier des photos idylliques – et propres – de toute la capitale.

Cependant, la représentation des différentes saisons et conditions météorologiques en eux suggère qu’il ne s’agit pas de clichés actuels.

Emmanuelle Ducros, éminente journaliste et commentatrice, s’est rendue sur Twitter pour riposter avec colère à la réponse officielle de la ville.

«Le problème, ce ne sont pas les nettoyeurs», a écrit Mme Ducros.

«C’est l’abandon de la ville, la colonisation de l’espace public par des développements délirants.

L’emblématique place Saint Ambroise est devenue un «bidonville tourné» dépassé par des «tas d’ordures», a-t-elle déclaré.

«Vous appelez cela une ‘campagne de dénigrement’ (mais) c’est simplement la marre des habitants méprisés, qui ont le sentiment de vivre dans un dépotoir insalubre, bricolé, dégradé, non entretenu par des gens qui n’ont que ‘réinvention’ dans leur les bouches.

«  Nous ne demandons pas de réinventer, nous vous demandons un cadre de vie propre et entretenu, pas une (ville) que tout le monde veut détruire (parce que) elle est si sale.

«Paris est une ville historique, elle appartient au monde. Ce n’est pas la cour de ton copain. Rends-nous Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *