La France accélère l’ouverture d’archives secrètes sur le Panthéon de la guerre d’Algérie Paris Algérie Emmanuel Macron France

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi une décision visant à accélérer la déclassification des documents secrets liés à la guerre d’indépendance de l’Algérie de 1954-62 face à la France

La mesure intervient au milieu d’une série de mesures prises par Macron pour réconcilier la France avec son passé colonial et aborder son histoire brutale avec l’Algérie qui avait été sous domination française pendant 132 ans jusqu’à son indépendance en 1962.

La présidence française a déclaré dans un communiqué que les services d’archives seront désormais autorisés à utiliser une nouvelle procédure pour déclassifier des documents de 1970 et antérieurs qui étaient auparavant tenus secrets à des fins de sécurité nationale. Cela comprend les archives liées à la guerre d’Algérie, selon le communiqué.

En vertu des lois françaises, presque toutes les archives de l’État français, y compris sur les questions de défense et de sécurité, devraient être mises à la disposition du public après 50 ans, à l’exception des informations qui pourraient compromettre la sécurité de certaines personnes. Pourtant, un processus de demande complexe et long empêchait les chercheurs et les universitaires de travailler sur ces archives.

La nouvelle procédure « réduira considérablement le retard », a déclaré la présidence française.

L’élargissement de l’ouverture des archives sur la guerre faisait partie des engagements de Macron de prendre en compte les torts de la France de l’époque coloniale en Algérie.

En 2018, Macron a officiellement reconnu la responsabilité de l’État français dans la mort en 1957 d’un dissident en Algérie, Maurice Audin, admettant pour la première fois l’utilisation par l’armée française de la torture systématique pendant la guerre.

La semaine dernière, Macron a rencontré quatre petits-enfants d’un indépendantiste algérien pour leur dire qu’Ali Boumendjel avait été torturé et tué par des soldats français en 1957.

Macron veut également rendre hommage à Gisele Halimi, une féministe française qui a soutenu l’indépendance de l’Algérie et a dénoncé le recours à la torture par l’armée française pendant la guerre. Il espère la faire réenterrer au monument du Panthéon à Paris, lieu de repos de certains des citoyens les plus distingués de France.

Macron prévoit également d’assister à trois cérémonies de commémoration d’ici l’année prochaine, qui marqueront le 60e anniversaire de la fin de la guerre d’indépendance de l’Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *