La France arrête d’anciens membres du groupe extrémiste italien des Brigades rouges

«Depuis les années 80, ces personnes sont sous la protection de la France. Elles ont refait leur vie ici pendant 30 ans à la vue et à la connaissance de tout le monde, avec leurs enfants et leurs petits-enfants … et puis au petit matin, ils viennent les chercher, 40 ans après les faits », a déclaré Irène Terrel à l’AFP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *