La France enregistre la plus forte baisse des naissances en 45 ans sous l’épidémie de coronavirus

Délivré le: 27/02/2021 – 11:50

Le nombre de bébés nés en France en janvier a baissé de 13%, la plus forte baisse en 45 ans, que les statisticiens ont liée à la pandémie de coronavirus.

Les 53900 bébés nés en janvier 2021, contre 62180 en janvier 2020, ont été conçus au début du premier verrouillage national imposé par la France en mars 2020 pour enrayer la propagation du Covid-19.

L’agence nationale de statistique Insee a déclaré que « le contexte d’une crise sanitaire et d’une énorme incertitude peut avoir découragé les couples de procréer ou les a incités à reporter leur projet parental de plusieurs mois ».

« Les considérations relatives à la transmission éventuelle du virus de la mère au nouveau-né auraient également pu jouer un rôle », a ajouté l’Insee.

En 2020, le nombre de naissances en France est tombé à son plus bas niveau depuis la Seconde Guerre mondiale, avec 735 000 enfants nés.

Première preuve d’un «baby crash» en France, avec une baisse de 13% des naissances d’une année sur l’autre en janvier 2021, neuf mois après le premier lock-out. https://t.co/mu8Xftun8m

– Michel Rose (@MichelReuters) 25 février 2021

L’Insee a noté qu’une partie de la baisse n’était manifestement pas liée à la pandémie, étant donné que la plupart des enfants nés en 2020 avaient été conçus avant que Covid-19 ne commence à se propager dans le monde au début de 2020.

« Mais le fait que la baisse de janvier 2021 soit la plus forte depuis la fin du baby-boom, et qu’elle ait suivi une baisse déjà marquée en décembre 2020 ne laisse guère de doute sur le rôle important joué par le contexte de la pandémie », a-t-il déclaré. .

Les mois à venir montreront si la baisse des naissances enregistrée en décembre et janvier était un « phénomène isolé au début de la pandémie » ou « le début d’une tendance plus soutenue », a indiqué l’agence.

En 2020, le taux de natalité en France est tombé à 1,84 enfant par femme, contre 1,86 en 2019.

(avec l’AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *