La France facilite l’accès aux archives historiques secrètes, mais des obstacles subsistent

PARIS – Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi que la déclassification des archives secrètes de plus de 50 ans serait accélérée, une mesure qui facilitera l’accès aux documents liés à la guerre d’Algérie – un chapitre controversé de l’histoire de la France que les autorités ont longtemps été réticent à faire face.

Un communiqué du palais de l’Élysée a déclaré que l’entrée en vigueur mercredi d’une nouvelle règle «raccourcirait considérablement le temps nécessaire à la procédure de déclassification» afin «d’encourager le respect de la vérité historique».

M. Macron a récemment pris une série de mesures pour lever le voile sur l’histoire coloniale de la France en Algérie, un traumatisme durable qui continue de façonner la France moderne. Le changement annoncé mardi visait à répondre aux plaintes croissantes des historiens et des archivistes concernant les instructions strictes du gouvernement pour la déclassification des archives.

En vertu des nouvelles règles, les autorités seront autorisées à déclassifier les boîtes d’archives en une seule fois, ce qui accélérera le processus de déclassification des documents secrets qui avait été effectué page par page.

Certains historiens, cependant, ont déclaré que les nouvelles règles répondaient à peine à leurs plaintes.

«Cela va simplement accélérer le rythme d’une procédure qui ne devrait pas exister», a déclaré Raphaëlle Branche, historienne de la guerre d’Algérie.

Au cœur des plaintes des historiens se trouve une exigence gouvernementale de 2011 voulant que chaque document classé «secret» ou «top secret» soit officiellement déclassifié avant d’être rendu public. Cela contredit une loi de 2008 qui demande la divulgation immédiate des documents secrets 50 ans après leur production.

L’instruction de 2011 avait été vaguement appliquée, voire ignorée, par les archivistes ces dernières années. Mais le Secrétariat général à la défense et à la sécurité nationale, une unité puissante au sein du bureau du Premier ministre, a commencé à appliquer les règles l’année dernière.

Des dizaines de milliers de documents autrefois publics ont ensuite été rescellés, empêchant la recherche historique et réinstaurant le secret sur des informations qui avaient été révélées auparavant.

Un groupe d’archivistes et d’historiens, dont Robert O. Paxton, un historien américain qui a révélé la collaboration des autorités françaises avec l’Allemagne nazie, avait contesté l’exigence de 2011 devant la Cour suprême de France.

Mme Branche, qui mène le combat juridique, a déclaré que le groupe maintiendrait son défi malgré l’annonce de M. Macron mardi.

On ne sait pas ce qui a motivé l’effort pour appliquer la politique de déclassification l’année dernière. Mais la volonté de M. Macron de tirer le rideau sur la guerre d’Algérie a ébouriffé quelques plumes dans l’armée, qui supervise la plupart des archives relatives aux questions de défense.

Fabrice Riceputi, historien de la guerre d’Algérie, a déclaré que la politique de déclassification avait conduit à des situations absurdes.

Il a cité une visite aux Archives nationales de France en 2019 lorsqu’il a lu un document secret de 1957 détaillant l’utilisation de la torture par les forces françaises pendant la guerre d’Algérie qui avait été rendu public il y a dix ans en vertu de la loi de 2008.

En fait, le rapport était tout sauf secret, comme il avait été révélé pour la première fois dans un livre de 1962, puis cité dans plusieurs études historiques dans les années 1990.

Mais Bruno Ricard, le chef des Archives nationales, a déclaré que le rapport était à nouveau classifié – conformément aux instructions du gouvernement.

En janvier, M. Macron a reçu un rapport sur la guerre d’Algérie qui conseillait de mettre fin au processus de déclassification page par page mais aussi de revenir «dès que possible» à la déclassification de tout document secret datant de plus de 50 ans, comme l’exige la la loi de 2008.

Dans sa déclaration, l’Élysée a déclaré que le gouvernement tenterait de réconcilier l’instruction de 2011 et la loi de 2008 par le biais d’une législation d’ici cet été.

«C’est une question de coordination entre les différents régimes juridiques», a déclaré M. Ricard dans une récente interview, alors qu’il tournait soigneusement les pages d’un dossier d’archive (déclassifié) sur Maurice Audin, un mathématicien torturé à mort par l’armée française. en Algérie en 1957.

Les documents sur M. Audin font partie d’une centaine de dossiers publiés en 2019 et 2020 après que M. Macron a appelé à l’ouverture de toutes les archives traitant des personnes disparues pendant la guerre.

Mais les historiens disent que de nombreux documents sont restés indisponibles en raison de l’instruction de 2011.

Mme Branche, qui a beaucoup écrit sur l’utilisation de la torture par les forces françaises, a déclaré que nombre de ses livres ne seraient pas publiables aujourd’hui car ils s’appuient sur des documents qui ont été refermés.

Depuis qu’elle a commencé à enseigner à l’Université Paris Nanterre en 2019, une dizaine de ses étudiants ont dû changer de sujet de recherche en raison d’un manque d’accès aux documents clés, a-t-elle déclaré.

«Certaines études ne sont plus imaginables», a déclaré Mme Branche.

La guerre d’Algérie reste une blessure profonde en France qui nourrit des sentiments amers parmi des millions d’habitants ayant des liens avec l’Algérie, des familles d’immigrés aux anciens combattants. Remettre en question ce passé s’est longtemps révélé une tâche difficile.

La reconnaissance officielle de M. Macron la semaine dernière selon laquelle la France avait «torturé et assassiné» un leader de l’indépendance algérienne en 1957 a été très critiquée par la droite française.

Mais près de 60 ans après la fin de la guerre, la question du passé colonial de la France n’a peut-être jamais été aussi pressante, sous-jacente à un réveil racial des immigrés dans le pays et alimentant des débats houleux sur le modèle d’intégration du pays.

M. Riceputi, l’historien, a lancé en 2018 un site Web répertoriant des centaines de noms de personnes portées disparues pendant la guerre, sur la base de recherches archivistiques qu’il a pu faire avant que les nouvelles instructions ne soient appliquées.

En quelques semaines, a-t-il dit, il avait reçu un torrent de témoignages de familles algériennes, lui permettant de documenter plus de 300 cas.

«Cela ne s’arrêterait pas», dit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *