La France ouvre une enquête sur la confidentialité dans l’application audio Clubhouse

PARIS

Le chien de garde français de la confidentialité des données a lancé une enquête sur Clubhouse, une application de chat audio basée aux États-Unis.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés a déclaré avoir ouvert une enquête le 12 mars, après avoir reçu des plaintes pour vérifier si l’éditeur de l’application Alpha Exploration avait pris des mesures pour se conformer au règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE.

Le règlement, entré en vigueur en mai 2018, vise à garantir que toute organisation, même si elle n’est pas basée dans l’UE mais qui traite les données à caractère personnel ou qui propose des biens ou des services aux citoyens ou résidents de l’UE, doit adhérer aux principes de protection des données tels que le consentement et la portabilité des données.

L’enquête, selon un communiqué de la CNIL, «devrait permettre de confirmer que le RGPD est applicable à l’entreprise et de déterminer s’il est ignoré».

En cas de confirmation que l’application n’est pas conforme au RGPD, la CNIL pourra, le cas échéant, «utiliser ses propres pouvoirs répressifs», ce qui pourrait comporter de lourdes amendes.

La maison d’édition d’origine du Clubhouse n’ayant pas d’établissement dans l’UE, la CNIL a déclaré qu’elle intervenait en tant qu’autorité chef de file en France pour prendre une décision en matière de traitement transfrontalier des données.

D’autres autorités européennes travaillent également en tandem pour garantir une «application cohérente du RGPD» par l’application.

L’application sur invitation lancée en avril dernier pour iPhone permet aux utilisateurs de rejoindre des salles audio dirigées par des organisateurs pour converser avec plusieurs personnes ou simplement écouter en silence. Il a été critiqué pour des garanties de protection des données lâches et la transmission des données personnelles de l’utilisateur permettant potentiellement à un tiers de suivre les actions dans l’application.

Une pétition circule actuellement en France avec plus de 12 000 signatures, alertant la CNIL sur les possibles manquements de Clubhouse aux lois sur la vie privée.

«Ses règles de confidentialité stipulent que si une personne s’inscrit, les noms et numéros de tous ses contacts seront téléchargés dans une base de données secrète. […] qui peuvent ensuite être vendus à des tiers », indique la pétition.

Le site Web de l’Agence Anadolu ne contient qu’une partie des actualités proposées aux abonnés du système de diffusion de nouvelles AA (HAS), et sous forme résumée. Veuillez nous contacter pour les options d’abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *