La France «  pourrait rejoindre l’Italie  » et bloquer les exportations de vaccins contre le coronavirus d’AstraZeneca

La France a menacé de bloquer les expéditions de vaccins contre les coronavirus de quitter l’Union européenne après que l’Italie a refusé 250000 doses d’AstraZeneca à l’Australie.

La menace est venue au moment où l’Australie a déclaré qu’elle cherchait à obtenir de la Commission européenne l’assurance que les futures expéditions de vaccins iraient de l’avant.

Olivier Veran, le ministre français de la Santé, a déclaré vendredi que son pays pourrait bloquer les expéditions de vaccins Covid vers des pays tiers et était en discussion à ce sujet avec ses homologues européens.

«Je comprends (la position italienne). Nous pourrions faire la même chose », a déclaré M. Véran à la question de BFM TV si la France pouvait emboîter le pas.

« On verra. Plus la France aura de doses, plus je serai heureux en tant que ministre de la Santé », a-t-il ajouté. «Nous croyons en une approche européenne… La France a le droit de s’entretenir avec ses voisins européens pour s’assurer que les laboratoires respectent leurs engagements et leurs contrats. Cela me semble être du bon sens.

Ses commentaires sont intervenus après que le Premier ministre italien, Mario Draghi, a annoncé qu’il bloquerait une expédition de vaccins AstraZeneca vers l’Australie jeudi.

M. Draghi, soutenu par la Commission européenne, a déclaré qu’il bloquait un quart de million de doses parce que le fabricant de médicaments n’avait pas respecté ses engagements contractuels avec l’UE.

Vendredi, Lia Quartapelle, une politicienne italienne du Parti démocrate (PD), a déclaré que cette décision était légale en raison du droit européen, et a déclaré: « Je suis étonné par le fait que le problème est que l’Italie interdit l’exportation et le problème AstraZeneca ne livre pas ce qui est écrit dans les contrats.

« L’Italie fait l’objet d’un examen minutieux pour quelque chose qui est autorisé alors qu’AstraZeneca fait quelque chose qui n’est pas autorisé en vertu du contrat qu’elle a signé. Je ne comprends pas pourquoi. »

Cependant, le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a déclaré vendredi que si les fabricants de médicaments doivent honorer les contrats de fourniture de vaccins vers l’Europe, l’Allemagne n’avait pas encore eu de raison d’arrêter les expéditions de vaccins produits dans le pays vers d’autres pays.

« À ce jour, nous n’avons pas eu la raison de ne pas autoriser la livraison de vaccins dans d’autres régions du monde », a déclaré M. Spahn, faisant écho à l’appel du ministre français pour une position européenne commune. Il a dit qu’il n’avait pas parlé à son homologue italien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *