La France rend les produits d’époque gratuits pour les étudiants

En Angleterre, les produits de la période gratuite sont disponibles dans toutes les écoles primaires et secondaires (représentation)

Poitiers, France:

Le gouvernement français a déclaré mardi qu’il rendrait les produits menstruels gratuits pour les étudiants, se joignant à une campagne mondiale pour mettre fin à la «pauvreté menstruelle» – l’incapacité de payer pour la protection menstruelle.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a déclaré que des machines contenant des tampons gratuits, des serviettes hygiéniques et d’autres produits d’époque seraient installées dans les résidences étudiantes et les services de santé universitaires dans les semaines à venir.

Elle a ajouté que le gouvernement visait à rendre la protection de la période « totalement gratuite » pour tous d’ici le début de la prochaine année universitaire en septembre.

En novembre, l’Écosse est devenue le premier pays au monde à rendre les produits d’époque gratuits pour tous, ouvrant une voie qui a inspiré les féministes et les militantes anti-pauvreté du monde entier à aborder également la question de la pauvreté d’époque.

En Angleterre, des produits gratuits sont disponibles dans toutes les écoles primaires et secondaires – une décision que la Nouvelle-Zélande a déclaré la semaine dernière qu’elle mettrait également en œuvre.

En décembre, le président Emmanuel Macron avait promis d’aborder également la question de la pauvreté d’époque.

Commentant le sort des femmes sans-abri, il a noté que «le fait d’avoir ses règles dans la rue et de ne pas pouvoir acheter quelque chose pour se protéger et préserver sa dignité» ajoutait à l’humiliation subie.

La décision de rendre la protection sanitaire gratuite pour les étudiants intervient dans un contexte de concentration croissante sur la pauvreté des jeunes à la suite d’images choquantes de banques alimentaires submergées d’étudiants endurcis en raison de la pandémie de Covid-19.

De nombreux étudiants disent avoir du mal à joindre les deux bouts après avoir perdu des emplois à temps partiel dans des cafés et des restaurants fermés depuis des mois en raison de la crise sanitaire.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de NDTV et est générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *