La France se prépare pour un «  immense défi  » contre l’Angleterre après la crise de Covid

Publié le: 12/03/2021 – 03: 08Modifié: 12/03/2021 – 03:06

Londres (AFP)

La France, prétendante au titre des Six Nations, est prête pour un « immense défi » lorsqu’elle part à la recherche de sa première victoire contre l’Angleterre à Twickenham en 16 ans, samedi.

Le championnat dans son ensemble a été au repos de quinze jours, mais la France a eu une absence encore plus longue après le report de son match contre l’Écosse en raison d’une épidémie de coronavirus dans le camp français.

Mais une enquête interne de la Fédération française de rugby n’a trouvé personne à blâmer avec l’entraîneur-chef Fabien Galthie, soupçonné après avoir quitté l’hôtel de l’équipe pour regarder son fils jouer un match, insistant sur le fait que l’équipe avait fait de son mieux pour suivre les protocoles de santé.

« La France est très exposée, le risque zéro n’existe pas », a déclaré Galthie.

Les Bleus ont connu une résurgence depuis que Galthie a pris ses fonctions d’entraîneur après la Coupe du monde 2019 et a battu l’Angleterre, championne en titre des Six Nations, à Paris l’année dernière avant qu’une défaite contre l’Écosse ne leur coûte la chance d’un Grand Chelem.

Des victoires impressionnantes sur l’Italie et l’Irlande ont laissé la France à nouveau en vue.

Mais pour maintenir ces espoirs, ils doivent battre l’Angleterre à Twickenham – ce qu’aucune équipe de France n’a fait depuis 2005 lorsque le demi de mêlée Dimitri Yachvili a botté tous les points des Bleus lors d’une victoire 18-17.

« Nous avons des objectifs, l’un est de battre l’Angleterre samedi », a déclaré le manager de l’équipe de France Raphael Ibanez.

« Une équipe qui n’a pas donné un pouce contre la France depuis 2005, c’est ce qui est en jeu. Un immense défi nous attend. »

Pourtant, c’est un défi que la France a presque surmonté à Twickenham en décembre lorsqu’une équipe manquant plusieurs joueurs de premier choix en raison d’accords de club a poussé l’Angleterre à fond avant de perdre la finale de la Coupe des nations d’automne en prolongation de mort subite.

Matthieu Jalibert s’élancera samedi en demi-ouverture pour la France, Romain Ntamack n’étant revenu que récemment d’une double fracture de la mâchoire.

Antoine Dupont, considéré comme le meilleur demi de mêlée du monde par son homologue anglais Ben Youngs, continue de diriger l’attaque derrière un peloton énergique dirigé par le capitaine français Charles Ollivon, avec la défense renforcée par l’arrivée du Pays de Galles de l’entraîneur spécialiste anglais Shaun Edwards.

– ‘Une certaine liberté’ –

L’entraîneur anglais Eddie Jones a donné un premier départ d’essai à l’arrière latéral Max Malins et a rappelé le talonneur Luke Cowan-Dickie après une défaite 40-24 contre le Pays de Galles la dernière fois qui a pratiquement mis fin aux espoirs d’une défense du titre réussie après une première défaite contre l’Écosse. .

Jones s’attend en particulier à ce que Malins ait un match chargé contre le « match de longue haleine et haut de gamme » de la France.

«Ils ne jouent rien dans leur moitié, mais une fois qu’ils sont dans votre moitié, ils essaient de créer des situations où ils peuvent jouer comme s’ils étaient dans le parc», a déclaré Jones.

«Vous allez en France et vous voyez des enfants jouer au toucher, comme vous les voyez en Nouvelle-Zélande, ils aiment jouer avec la vitesse du ballon et ils aiment jouer sur l’élan et quand Dupont prend de l’élan autour du ruck, il est très dangereux.

«Ils ont pu créer une version moderne de leurs vieux jours en jouant avec de la largeur et une certaine liberté.

« C’est un très bon honneur à leur personnel d’entraîneurs et à leurs joueurs pour leur discipline. »

La discipline a été un problème majeur pour l’Angleterre lors des derniers matches, le capitaine Owen Farrell étant exaspéré par quelques essais gallois que l’arbitre français Pascal Gauzere a admis plus tard qu’il avait eu tort d’attribuer.

Pourtant, l’Angleterre s’est encore battue à 24-24.

Mais les Gallois ont ensuite marqué 16 points sans réponse, l’Angleterre donnant plusieurs pénalités dans les phases finales.

Les arbitres anglais Matt Carley et Wayne Barnes ont travaillé avec l’équipe dans l’espoir que les hommes de Jones restent du côté droit d’Andrew Brace dans un autre concours à huis clos samedi.

« Ils aideront le processus, mais cela revient à la responsabilité individuelle des joueurs de prendre la bonne décision au bon moment », a déclaré l’entraîneur australien vétéran Jones.

« Nous avons encouragé cette pratique à être bonne à l’entraînement et nous aimerions que cela se répercute dans le jeu. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *