Le calendrier de vaccination contre le Covid-19 en France est-il réaliste?

Le déploiement public de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France a officiellement commencé le 18 janvier pour les personnes âgées de 75 ans et plus, mais il a été critiqué pour sa lenteur.

Un lecteur de Connexion a récemment écrit pour se plaindre que son mari, âgé de 77 ans et atteint d’un cancer du sang, tente d’obtenir un rendez-vous pour un vaccin depuis le 20 janvier.

Elle a déclaré que le processus était « chaotique et injuste ».

«Nous subissons le stress de la situation. Mon mari et moi avons été confinés pendant une année entière sous les recommandations du médecin.

La France a jusqu’à présent administré une première dose d’un vaccin Covid-19 à environ 25% des personnes âgées de plus de 75 ans, a déclaré le Premier ministre Jean Castex hier (25 février).

Alors que le processus de vaccination pour cette tranche d’âge se poursuit, la France a lancé hier une nouvelle étape dans sa campagne, avec des médecins administrant des doses de vaccins AstraZeneca à des personnes âgées de 50 à 64 ans souffrant de certaines conditions médicales existantes.

Environ deux millions de personnes font partie de ce groupe et le ministère de la Santé espère les faire toutes vacciner, si elles le souhaitent, d’ici la mi-mars. Le gouvernement espère vacciner toutes les personnes volontaires de cette tranche d’âge d’ici la mi-mai.

Covid France: les Jabs commencent pour les patients prioritaires âgés de 50 à 64 ans

Les personnes âgées de 65 à 74 ans qui ne souffrent pas de problèmes de santé graves ne sont toujours pas éligibles pour recevoir un vaccin car elles sont en dehors de la tranche d’âge de la France pour les vaccins AstraZeneca, Pfizer-BioNTech et Moderna.

M. Castex a déclaré que ces personnes commenceraient à être vaccinées au début du mois d’avril, alors que les deux tiers des personnes âgées de plus de 75 ans auraient dû être vaccinées.

«La campagne de vaccination se poursuit et s’étend. Fin février, plus de quatre millions de vaccins auront été administrés à plus de trois millions de personnes », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse le 25 février.

M. Castex a toutefois déclaré que « nous devrons être patients », car « nous dépendons de la fabrication et de la livraison des doses commandées par l’Union européenne ».

Le pays est-il sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs?

Un graphique publié sur CovidTracker.fr, un site internet de suivi de l’épidémie en France, montre que la France a encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre son objectif de vacciner tous les volontaires d’ici la fin de l’été.

Chaque carré correspond à 1% de la population en France. Les carrés vert foncé correspondent aux personnes qui ont reçu deux doses et les carrés vert clair représentent ceux qui ont reçu une dose.

Les carrés rouge vif représentent les personnes qui doivent être vaccinées avant d’atteindre un taux de vaccination de 60% (considéré par certains scientifiques comme le marqueur pour atteindre l’immunité collective). Les carrés rouge clair représentent les personnes restantes qui n’ont pas été vaccinées.

Source: CovidTracker.fr

Le site Web de CovidTracker indique que «pour vacciner l’ensemble de la population adulte (52 millions de personnes) d’ici août 2021, 524 332 doses devraient être injectées quotidiennement.

« Au rythme actuel (en moyenne sur les sept derniers jours), l’objectif de vaccination de l’ensemble de la population adulte sera atteint d’ici le 24 septembre 2023. »

Il est donc clair qu’au rythme actuel, la France est loin d’atteindre ses objectifs.

Pourquoi la campagne a-t-elle été si lente?

Cela est principalement dû à des problèmes de production et de livraison des trois types de vaccins approuvés jusqu’à présent pour une utilisation dans l’UE.

Les trois développeurs, Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca, ont été confrontés à des complications.

À la suite de l’annonce par Pfizer-BioNTech de retards dans les livraisons de doses, la société a annoncé le 1er février qu’elle fournirait 75 millions de doses supplémentaires de son vaccin à l’UE au deuxième trimestre de 2021.

Cela porterait le nombre total de doses devant être administrées d’ici le milieu de l’année à 600 millions, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Nous travaillons avec des sociétés pharmaceutiques pour garantir que les vaccins sont livrés aux Européens. # BioNTech / @ pfizer fournira 75 millions de doses supplémentaires au deuxième trimestre de l’année – et jusqu’à 600 millions au total en 2021.

– Ursula von der Leyen (@vonderleyen) 1er février 2021

La France s’attendait à recevoir environ 26 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech d’ici la fin juin, donc ce nombre va probablement augmenter à présent.

Moderna, qui développe un autre vaccin autorisé pour une utilisation en France, a déclaré que ses livraisons initiales seraient inférieures de 25% aux prévisions, reportant ses livraisons à mars.

La société a conclu un accord le 17 février avec l’UE pour vendre 150 millions de doses supplémentaires de son vaccin à l’Europe. Ces doses devraient être délivrées au cours des troisième et quatrième trimestres de l’année.

AstraZeneca, quant à elle, a annoncé qu’elle délivrerait neuf millions de doses supplémentaires au premier trimestre de l’année, portant le total à 40 millions de doses d’ici la fin du mois de mars.

Ce n’est encore que la moitié de ce que la société pharmaceutique avait initialement visé avant d’annoncer des problèmes de production en janvier.

Un quatrième type de vaccin, développé par la société américaine Johnson & Johnson, est actuellement en cours d’évaluation par l’Agence européenne des médicaments. La société a demandé l’autorisation pour son vaccin Covid-19 le 16 février et elle pourrait recevoir l’approbation d’ici la mi-mars.

L’UE a commandé 200 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson, dont environ la moitié devraient être livrées d’ici la fin juin.

La France devrait en recevoir 30 millions de doses au cours de 2021. Comme une seule dose du vaccin est nécessaire, cela signifierait une vaccination complète contre Covid-19 pour 30 millions de personnes.

Lors d’une conférence de presse en janvier, le Premier ministre français Jean Castex a déclaré que la France devrait recevoir huit millions de doses de ce vaccin d’ici fin juin.

Cependant, comme la France avait déjà pris en compte le vaccin Johnson & Johnson dans sa stratégie de campagne, son approbation n’accélérera pas nécessairement le déploiement de la vaccination, mais elle le maintiendra simplement sur la bonne voie.

Le Premier ministre Castex a déclaré le 25 février que « nous devrons être patients », car « nous dépendons de la fabrication et de la livraison des doses commandées par l’Union européenne ».

La France peut-elle vacciner tous les volontaires d’ici la fin de l’été?

La France a commandé six vaccins Covid-19 différents, via l’Union européenne, dont trois ont été approuvés à ce jour et un autre est en attente d’approbation.

Tous nécessitent deux doses pour être pleinement efficaces, à l’exception du vaccin Janssen-Johnson & Johnson qui n’en nécessite qu’une.

Si les deux vaccins restants, développés par Sanofi-GSK et CureVac, sont approuvés, la France recevra plus de 200 millions de doses de Covid-19 au cours de 2021. C’est plus que suffisant pour vacciner l’ensemble de la population.

Le succès du plan dépendra de l’approbation des trois types de vaccins restants dans les délais et des objectifs de livraison atteints.

Notre calendrier des vaccins ci-dessous montre un aperçu du calendrier prévu par le gouvernement pour le déploiement par groupe d’âge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *