Le complot de redressement d’Emmanuel Macron avec la Commission européenne suscite l’indignation – «Frexit or die!» | Politique | Nouvelles

Le programme budgétaire de la France sera officiellement présenté à la Commission la semaine prochaine. Une stabilisation de la dette et un retour au déficit en dessous de 3% du PIB sont prévus pour 2027, au prix d’un effort sans précédent de dépenses publiques.

La croissance du pays est estimée à 4% en 2022.

La France, qui a dépassé la limite pendant une décennie jusqu’en 2017, a pour objectif de réduire progressivement son déficit et de ne revenir à la limite de 3% que longtemps après que la crise se soit calmée, selon les plans annuels de finances publiques à long terme que le gouvernement enverra au gouvernement. Commission européenne ce mois-ci.

Paris prévoit désormais de réduire son déficit budgétaire du secteur public à 2,8% du PIB d’ici 2027, contre un record d’après-guerre de 9,2% l’année dernière, a déclaré une première source du ministère des Finances.

Alors que la France a du mal à contenir une troisième vague de coronavirus avec de nouvelles mesures de verrouillage, le gouvernement s’attend à 55 milliards d’euros supplémentaires de dépenses de crise cette année, y compris un soutien supplémentaire au système de santé, a déclaré une deuxième source du ministère.

Cette année, le ministère ne s’attend qu’à une amélioration marginale, prévoyant que le déficit tombera à 9,0 pour cent.

Le plan a été critiqué par le chef des Patriotes, Florian Philippot, qui a affirmé qu’il ressemblait à une répétition des mesures d’austérité catastrophiques imposées à la Grèce par la Banque centrale européenne après le krach financier de 2008.

Il a déclaré: « Le gouvernement enverra son » programme de stabilité « à la Commission européenne.

«Un vrai plan d’austérité grec pour répondre aux demandes allemandes!

LIRE LA SUITE: Bruxelles exige les éloges de Boris Johnson pour la production de vaccins dans l’UE

Pour rester sur cette voie, le ministère souhaite qu’un plafond de croissance des dépenses soit inscrit pour la première fois dans une nouvelle loi de planification budgétaire pluriannuelle, a déclaré la première source.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, est même favorable à une modification de la constitution pour inclure un tel plafond de dépenses, a déclaré la source, bien que cela ne soit probablement pas possible avant les élections présidentielles de l’année prochaine.

En plus de limiter la croissance des dépenses, une fois la crise passée, la France devra mener des réformes structurelles telles qu’une refonte du système de retraite qui a été gelée lorsque l’épidémie a commencé l’année dernière, a déclaré la première source.

Alors que les règles de l’UE en matière de finances publiques ont été suspendues, certains gouvernements membres comme la France font pression pour les réviser une fois que la crise s’est estompée.

La première source du ministère des Finances a déclaré que la règle la plus importante à réviser serait les limites de la dette, car les pays sortiraient de la crise avec des fardeaux de la dette très divergents.

Dans le cas de la France, le ministère des Finances s’attend à ce que la dette nationale passe de 117,8% du PIB cette année à un sommet de 118,3% en 2025 avant de commencer à baisser.

Les plans budgétaires à long terme de la France reposent sur des estimations selon lesquelles la deuxième plus grande économie de la zone euro pourrait rebondir de 5,0% cette année après avoir reculé de 8,2% l’an dernier.

L’année prochaine, l’économie a connu une croissance de 4,0%, le taux ralentissant progressivement à 1,4% par an à partir de 2025, selon les projections du ministère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *