Le détecteur de fumée, nouvel objet de luxe ?

Depuis le 8 mars 2015, les détecteurs de fumées sont obligatoires dans les logements. Vous trouvez que cet objet blanc jure avec votre déco ? Qu’il est trop « banal » et qu’on aurait pu lui ajouter d’autres fonctions ? Il existe une solution : opter pour un détecteur de fumée de luxe !

Le détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF), que les propriétaires ont maintenant l’obligation d’installer dans les habitations, a deux rôles principaux :

  • Repérer les traces de fumée suspectes pour prévenir les incendies,
  • Emettre un bruit suffisant pour attirer l’attention des occupants du lieu.

Mais de nombreux fabricants lui ont ajouté d’autres fonctions pour faire de ce petit objet un concentré de technologie !

Ainsi, l’entreprise Bell&Wyson, fondée par les Français Stéphane Burton et Fabrice Vossier, a développé une ampoule évoluée baptisée BW1.1. Non seulement elle permet de contrôler la lumière à distance, mais elle repère aussi les fumées suspectes et vous prévient sur votre smartphone ou votre tablette.

Le détecteur connecté Birdi, quant à lui, est également capable de déceler la présence de monoxyde de carbone, ce gaz invisible et inodore, et d’analyser la qualité de l’air, le taux d’humidité, la température et la présence de pollens ou d’autres particules. Car bien souvent, l’air de nos logements n’est pas moins pollué que l’air extérieur. Birdi, grâce à son application pour smartphone, vous donnera des conseils pour améliorer votre environnement.

Et puis comment parler de détecteurs de fumée intelligents sans mentionner celui de Nest, une entreprise récemment rachetée par Google ? Son Nest Protect, un détecteur de fumée et de monoxyde de carbone, est capable de parler pour vous indiquer quel est le problème et où il se trouve. Il envoie même un message sur votre smartphone quand les piles sont déchargées ou quand l’alarme se déclenche.

Bien entendu, de tels détecteurs, bardés de capteurs et de technologies, n’entrent pas dans la gamme de prix d’un détecteur de fumée classique. Comptez entre 100 et 110 euros pour équiper votre habitation d’un objet intelligent et connecté.

Certains détecteurs sont capables de déceler la présence de monoxyde de carbone, d’humidité ou de pollens !

Vous trouvez que les détecteurs de fumée classiques ont un look trop sobre et qu’ils ne s’accordent pas avec la déco de votre appartement ? Rassurez-vous, les fabricants ont aussi pensé à vous en créant des détecteurs pour tous les goûts.

Ainsi, Chick-a-Dee, vainqueur d’un concours de design hollandais, a la forme d’un oiseau posé sur une branche. Vendu 70 euros, il ira à merveille dans une chambre d’enfants. La marque Jalo Helsinki propose quant à elle des détecteurs de fumée « zen » baptisés Kupu. En forme de galets et déclinés dans de multiples coloris, ils s’adapteront en toute harmonie à votre habitation.

Vous pouvez aussi donner du caractère à votre pièce en optant pour un détecteur de la marque Avissur, vendu 100 euros environ. Il se décline en plusieurs ambiances : vintage, terres celtiques, animaux, fleurs du monde, rêverie… Mais si vous préférez la discrétion, le détecteur de fumée Insafe, vendu 35,90 euros, vous conviendra mieux. Avec ses 3,4 centimètres d’épaisseur, il est l’un des plus compacts vendus sur le marché !

Classiques, design, connectés, colorés, vous avez donc le choix parmi les détecteurs de fumée. Mais n’oubliez pas que c’est le propriétaire qui doit prendre en charge l’achat de cet objet. Si vous êtes locataire, il n’est pas sûr qu’il soit d’accord pour vous acheter un détecteur de fumée de luxe !

Partager Tweeter Envoyer Partager