Le français OVHcloud se réengage à l’introduction en bourse après l’incendie, ne donne aucun calendrier

Par Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) – Le fournisseur français de services de cloud computing OVHcloud s’est réengagé lundi dans une offre publique initiale (IPO) à la bourse d’Euronext à Paris mais n’a fourni aucun calendrier ni objectif de collecte de fonds.

L’entreprise familiale avait initialement annoncé ses plans en mars, deux jours avant qu’un incendie majeur ne détruise l’un de ses centres de données dans l’est de la France – une catastrophe qui avait suscité des inquiétudes quant à sa capacité à devenir publique.

Lundi, il a reconfirmé ses plans et divulgué pour la première fois un bénéfice d’exploitation annuel de base, affirmant que le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) s’élevait à 255 millions d’euros (309 millions de dollars) en 2020.

Il n’a pas fourni de chiffre comparable pour 2019.

Les ventes ont totalisé 632 millions d’euros en 2020, a indiqué OVHcloud, reflétant une croissance d’environ 5% par rapport à l’année précédente, selon un chiffre d’affaires 2019 communiqué plus tôt aux journalistes.

Cela se compare à la croissance annuelle des ventes nettes de 30 % signalée par Amazon Web Services, la branche de cloud computing d’Amazon, qui est le leader mondial du marché. Amazon, avec Azure et Google Cloud de Microsoft, dominent le secteur.

OVHcloud a déclaré dans son communiqué que ses revenus avaient augmenté à un taux annuel moyen de plus de 20% au cours des 10 dernières années.

L’incendie, qui fait toujours l’objet d’une enquête, a perturbé des millions de sites Web, détruisant les portails des agences gouvernementales, les banques, les magasins, les sites d’information et une partie de l’espace Web .FR, selon les moniteurs Internet.

L’entreprise a ensuite dû fermer deux autres centres de données sur le même site à Strasbourg après la détection de fumée dans une salle de batteries non connectée.

Basé à Roubaix près de la Belgique, OVHcloud emploie 2450 personnes et dispose de plus de 30 data centers dans le monde.

Les politiciens français ont défendu OVHcloud comme une alternative possible aux fournisseurs de services cloud américains, mais il manquait jusqu’à présent d’échelle et de poids financier pour réduire leur part de marché.

Les sociétés d’investissement américaines KKR et TowerBrook Capital Partners détiennent actuellement 20% du capital d’OVHcloud, après un investissement combiné de 250 millions d’euros en 2016. La famille de Klaba détient le reste des actions.

(1 $ = 0,8260 euros)

(Reportage par Mathieu Rosemain; Montage par Andrew Heavens)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *