Le ministre français regrette que l’UEFA ait rejeté le match arc-en-ciel Allemagne-Hongrie – Expat Guide to Germany

Le ministre français des Affaires européennes ouvertement homosexuel a déclaré mardi qu’il regrettait le rejet par l’UEFA d’une demande de Munich d’éclairer son stade aux couleurs de l’arc-en-ciel pour le match Allemagne-Hongrie Euro 2020.

« Je trouve cela dommage », a déclaré à l’AFP Clément Beaune alors qu’il arrivait pour une réunion avec ses homologues de l’UE à Luxembourg.

« Cela aurait été un symbole très fort » de soutien à la communauté LGBT, a-t-il déclaré, arguant que cela aurait « dépassé un message politique – c’est un message de valeurs profondément enracinées, pas une option partisane ».

Beaune a cependant reconnu que l’UEFA avait des règles internes à respecter, que l’instance dirigeante du football européen a avancées pour expliquer sa décision.

La ville de Munich avait demandé d’illuminer son stade aux couleurs de l’arc-en-ciel pour protester contre une loi du gouvernement hongrois adoptée la semaine dernière qui interdit tout matériel éducatif censé « promouvoir » l’homosexualité auprès des mineurs.

A Bruxelles, une porte-parole de la Commission européenne a déclaré que la question était un sujet de discussion entre Munich et l’UEFA, mais « nous pensons que c’est une bonne idée de montrer notre soutien à cette communauté (LGBTQ) dans l’Union européenne, y compris lors de manifestations sportives, culturelles ou d’autres événements ».

D’autres ministres de l’UE arrivant à la réunion de Luxembourg ont qualifié la nouvelle loi hongroise d’anti-européenne, craignant qu’elle n’ajoute à une position homophobe de Budapest.

La loi, a déclaré le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn, « est indigne de l’Europe ».

« Les gens ont le droit de vivre comme ils veulent. Nous ne sommes plus au Moyen Âge », a-t-il déclaré, ajoutant que son pays, les Pays-Bas et la Belgique avaient cosigné une déclaration le précisant.

Le ministre allemand des Affaires européennes, Michael Roth, a déclaré que la loi hongroise « violait clairement les valeurs de l’UE », et a déclaré que son pays soutenait la déclaration du Benelux.

Beaune a déclaré que la France soutenait également le texte. L’Irlande aussi, son ministre des Affaires européennes Thomas Byrne s’étant dit « très préoccupé » par la législation hongroise.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a vigoureusement défendu la loi de son pays, affirmant qu’elle donnait aux parents le droit exclusif d’éduquer leurs enfants sur l’orientation sexuelle.

« Cette loi est contre seulement les pédophiles », a-t-il déclaré.

« Cette loi indique très clairement que les enfants doivent être protégés… que les crimes pédophiles doivent être punis de manière très, très grave. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *