Le secteur des fruits touché par le gel

Les producteurs sont inquiets depuis les épisodes de gel qui ont frappé la France la semaine dernière. Avec des pertes importantes, voire totales, dans certains secteurs, les consommateurs verront probablement les prix des fruits monter en flèche.

Josselin Saint-Raymond, directeur de la National Apple Pear Association. «C’est un gel historique: tous les bassins de production ont été touchés. Les vergers protégés par des arroseurs donneront une récolte. Les vergers non protégés ont subi des dommages à des degrés divers. Certains ont été complètement détruits.

Le Premier ministre français, Jean Castex, a annoncé samedi 10 avril que les agriculteurs bénéficieront d’une «couverture exceptionnelle» pour faire face à la situation, mais Samuel Vandaele, président de Young Farmers, a déclaré à la radio française Europe 1 que «les fruits seront les plus probablement beaucoup plus rare, et donc beaucoup plus cher. »

Le ministère de l’Agriculture a annoncé que tous les bassins de production ont été touchés. Mais tous les secteurs ne subissent pas les mêmes pertes. Les abricots par exemple ont été particulièrement touchés par la vague de froid. «Dans certaines régions, 100% de la production a été détruite», explique Bruno Darnaud, président de l’AOP Pêches et Abricots de France. « Les prix devraient augmenter de quelques centimes d’euros dans les mois à venir. »

Des dégâts importants ont été signalés dans le Doubs, le Jura et la Haute-Saône: cerises, pommes, poires et fraises. Le gel de la nuit des 7 et 8 avril a dévasté les récoltes. La semaine dernière, Julien Denormandie a déclaré que «la détresse et les émotions sont au rendez-vous. Il s’agit d’une situation exceptionnelle et inédite, affectant la viticulture, l’arboriculture et les grandes cultures. La procédure «catastrophe agricole» a donc été lancée pour les professionnels.

Selon Didier Costille des Vergers de Rioz (Haute-Saône): «Il est encore tôt mais en plus du gel, il y avait aussi 8 à 10 centimètres de neige. Je ne sais pas ce qui a causé le plus de dégâts. 90% des les cerises ont été touchées et les mirabelles sont détruites. Nos plus grandes surfaces, les pommes et les poires, sont détruites à 80-90%. Il est difficile d’évaluer exactement mais un arbre a 1 000 à 2 000 fleurs. Il en reste quelques-unes, mais pas beaucoup . »

Source: capital.fr/francetvinfo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *