Le spectacle doit revenir! Des manifestants occupent les théâtres français pour dénoncer les fermetures de COVID

Des dizaines de travailleurs du show business occupent des théâtres dans au moins neuf villes de France pour demander au gouvernement du président Emmanuel Macron de rouvrir les lieux culturels et de mettre fin à une interruption de plusieurs mois des représentations en raison de la pandémie de coronavirus.

Au théâtre de l’Odéon sur la rive gauche à Paris, le sit-in est entré dans sa huitième journée vendredi alors que les manifestants rejetaient un soutien financier supplémentaire pour les lieux culturels et les artistes promis par le gouvernement un jour plus tôt. Des sacs de couchage, des matelas gonflables et des dons de nourriture sont disposés dans la salle ornée du théâtre du XIXe siècle et ses balcons doublés de velours, tandis que les 54 manifestants partagent une seule douche.

« Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour rester assis pendant plusieurs jours », a déclaré la comédienne Jennifer Catelain. « Nous avons commencé par des pétitions polies, puis des manifestations pacifiques, nous avons occupé des lieux pendant une journée ici et là, mais nous n’avons pas été écoutés. Nous avons donc décidé de l’intensifier, de rester un peu plus longtemps dans un lieu emblématique. »

Les théâtres, cinémas, galeries d’art et autres espaces culturels sont fermés depuis octobre, date à laquelle la France a été placée dans son deuxième verrouillage complet. Une grande partie de l’économie a rouvert à la mi-décembre, mais les lieux culturels, comme les bars et les restaurants, sont restés fermés. Les manifestants, parmi lesquels des acteurs, des travailleurs du théâtre et des étudiants, disent qu’il n’y a aucune raison de garder les lieux culturels fermés lorsque des mesures de distanciation sociale peuvent être imposées.

Ils réclament une date d’ouverture ainsi qu’une extension des allocations chômage spéciales pour les acteurs, musiciens et autres travailleurs du spectacle qui travaillent sous contrat à court terme, connus collectivement sous le nom d ‘«intermittents du spectacle». Le gouvernement a promis jeudi une aide financière supplémentaire de 30 millions d’euros et a rendu les congés de maladie et de maternité plus largement disponibles pour les intermittents pendant la crise.

Cependant, les manifestants ont déclaré que la réponse n’était pas allée assez loin – et pour l’instant, le public apparaît de leur côté. «Ils n’ont pas le choix quand il semble qu’ils n’ont pas d’autre solution, a déclaré Beatrice Philippe, une résidente parisienne.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *