Les Britanniques en France: vivre avec le Brexit

Certains ont décidé d’acquérir la nationalité française, d’autres ont déménagé leur entreprise ou leur famille du Royaume-Uni vers l’Europe. FRANCE 24 s’est entretenu avec des expatriés britanniques en France de l’impact du Brexit sur leur vie.

«L’essentiel pour moi, c’est que lorsque le résultat du référendum a été annoncé, j’ai vraiment eu l’impression qu’il y avait quelque chose qui me cassait», déclare Juliet Atkinson, coach et consultante professionnelle, qui vit à Paris depuis 25 ans.

Comme beaucoup d’autres, Juliette a décidé d’acquérir la nationalité française après le référendum sur le Brexit afin de «rester citoyenne européenne», décision qu’elle n’a pas prise à la légère.

«Au départ, c’était quelque chose avec lequel j’avais vraiment du mal parce qu’il y avait une partie de moi qui se sentait assez impuissante et qui ressentait aussi un peu de ressentiment à ce sujet», explique-t-elle, ajoutant que le processus puisait dans son sens de l’identité britannique.

Nouveau pays, nouvelle vie

Adam Trickett a déménagé du Hampshire, Royaume-Uni à Saint-Malo, en Bretagne avec sa femme française Véronique Kerguelen en 2018. Fervent militant de Remain, Trickett dit qu’il a décidé de déménager, d’une part, pour se rapprocher de la famille de Kerguelen et, sur l’autre, «pour s’éloigner de tout».

«Le Brexit était très désagréable psychologiquement. Le langage qui a été normalisé à la télévision maintenant est vraiment choquant et offensant. C’est très, très inquiétant. Je suis vraiment content d’être sorti de là », dit-il en expliquant qu’après le vote, sa femme se sentait« désagréable »et qu’il« avait honte ».

De nombreuses personnes, comme Adam, ont décidé de quitter le Royaume-Uni, pour des raisons personnelles ou professionnelles depuis 2016. De nombreuses entreprises ont également déménagé totalement ou partiellement en Europe continentale. Selon l’Agence néerlandaise pour les investissements étrangers, plus de 200 entreprises ont quitté le Royaume-Uni depuis le référendum. Sans parler des agences de l’Union européenne telles que l’Agence européenne des médicaments et l’Autorité bancaire européenne.

«Après le vote sur le Brexit, nous avons examiné notre activité, qui était à 80% exportée depuis le Royaume-Uni, et nous avons pu voir qu’il y aurait des problèmes à la frontière et nous avons donc commencé un processus visant à délocaliser notre entreprise et notre famille en Europe». explique le chef d’entreprise Mark Franich, qui a déménagé sa société PaperArtsy en France en septembre 2020.

Mark, qui est originaire de Nouvelle-Zélande mais a la citoyenneté britannique, dit qu’il «n’apprécie pas le coût du déménagement» et pense qu’il est fou pour le Royaume-Uni de «rendre plus difficile les relations avec l’UE», son partenaire commercial le plus proche.

Cliquez sur le lecteur ci-dessus pour regarder la vidéo complète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *