Les députés français appellent à la réouverture des restaurants pour le déjeuner afin d’éviter des dommages durables

Délivré le: 28/02/2021 – 15:33

Un groupe de 42 députés français a signé une lettre au gouvernement demandant que les bars et restaurants soient autorisés à rouvrir à midi, à partir du 30 mars, afin d’éviter au secteur des dommages durables. Cela survient quelques jours à peine après que le Premier ministre a placé 20 départements en état d’alerte accrue en raison de l’augmentation des infections à Covid-19.

Des législateurs de tous les horizons politiques, dirigés par le centriste Richard Ramos, se sont adressés au Premier ministre Jean Castex dans une chronique publiée par le Journal du Dimanche (JDD) le 28 février.

Ils pointent en particulier les salariés qui « sont contraints de manger à l’extérieur ou dans leurs bureaux: ces lieux ne sont pas adaptés et ne permettent pas aux salariés de faire une pause raisonnable ».

Les députés ont déclaré qu’il était injuste que certains travailleurs soient confrontés à de telles restrictions, tandis que d’autres soient autorisés à déjeuner dans les restaurants de leur entreprise ou dans d’autres établissements, tels que ceux qui accueillent les travailleurs de la construction.

Sécurité vs reprise économique

Selon la lettre, «Presque tous les acteurs du secteur de la restauration se sont conformés aux consignes sanitaires et ont mis en place des procédures strictes. Alors pourquoi ne pas tenir des consultations pour permettre à tous les restaurants de rouvrir, tout en respectant les précautions sanitaires, et apporter les ajustements nécessaires aux aides gouvernementales?

« Une telle mesure nous permettrait de trouver le juste équilibre entre la sécurité de la santé publique et la reprise économique. »

La fermeture prolongée des restaurants et des bars depuis le 30 octobre fait craindre à de nombreuses personnes des dommages durables au secteur, les députés soulignant les «conditions financières dramatiques» des restaurateurs et des travailleurs, ainsi qu’une probable augmentation des faillites.

Pour aggraver les choses, de nombreux employés de l’hôtellerie ont été contraints de chercher du travail dans d’autres domaines et ne souhaitent pas revenir à la précarité du secteur. Selon les auteurs de la lettre, la réouverture d’ici le 30 mars, même si ce n’est que partiellement, pourrait aider à éviter des pénuries massives de personnel, si la fermeture se poursuit beaucoup plus longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *