Les députés français préparent le vote final sur un projet de loi controversé visant à restreindre les images de la police

Délivré le: 14/04/2021 – 19:34

L’Assemblée nationale française doit voter jeudi sur la version finale d’un projet de loi sur la sécurité qui a suscité une vive opposition à une proposition visant à limiter la publication en ligne d’images de policiers. Les législateurs ont révisé la proposition, mais les critiques veulent toujours qu’elle soit abandonnée.

Critiquée par les partis de gauche, les groupes de défense des droits de l’homme et les journalistes mais saluée par la plupart des syndicats de police, la proposition de loi française sur la «sécurité mondiale», un ensemble de lois qui élargirait les mesures à la disposition des forces de sécurité, fera l’objet d’un vote parlementaire final jeudi.

Le vote ne signifie pas qu’il sera sur la bonne voie pour l’abrogation, car les groupes de défense des droits de l’homme disent déjà qu’ils le contesteront au Conseil constitutionnel.

Le projet de loi a été le plus controversé pour son article 24, dont les versions antérieures proposaient de modifier les lois sur la liberté de la presse pour imposer des limites à la publication en ligne d’images d’agents de police en service dans l’intention de leur nuire.

Article retravaillé

Le gouvernement a retiré l’article au plus fort d’une campagne de protestation houleuse l’automne dernier, mais les révisions ultérieures du projet de loi lui ont permis de restaurer une version retravaillée.

Le Sénat majoritaire de droite a retravaillé la mesure le mois dernier afin qu’elle ne modifie plus les lois sur la liberté de la presse ou ne fasse plus référence aux images en ligne, mais crée plutôt une infraction pénale d ‘«identification à des fins de provocation» pour l’utilisation d’images censées nuire aux agents. .

Les critiques du projet de loi s’opposent également aux propositions qui réglementeraient l’utilisation des drones par la police, permettraient à la police de filmer les interventions, autoriseraient les agents à porter des armes lorsqu’ils ne sont pas en service et créeraient une police municipale pour Paris.

Mouvement de protestation

L’opposition au projet de loi a attiré des dizaines puis des centaines de milliers de personnes à des rassemblements de protestation hebdomadaires l’année dernière.

Le mouvement a culminé en une semaine qui a vu la publication d’images de policiers agressant un producteur de rap dans son studio d’enregistrement parisien, avec des marches qui ont attiré entre 133 000 et 500 000 personnes dans tout le pays fin novembre.

Le collectif des syndicats, des journalistes et des groupes de défense des libertés civiles qui a organisé les marches a renouvelé ses appels pour que le projet de loi soit abandonné cette semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *