Les effets secondaires d’AstraZeneca montrent que JAB «  fonctionne  »

Les effets secondaires du vaccin AstraZeneca Covid-19 sont rares et pourraient même être un bon signe que le vaccin fonctionne, ont déclaré des experts médicaux français, alors que le déploiement commence aujourd’hui sur les lieux de travail pour le personnel âgé de 50 à 64 ans.

Le vaccin AstraZeneca, développé avec l’Université d’Oxford, est efficace à 80% contre les formes graves de Covid après deux doses.

Pourtant, certains centres en France – y compris à Brest, Saint-Lô, Morlaix et Paris – ont suspendu la livraison du vaccin en raison de rapports d’effets secondaires graves de type grippal chez le personnel de santé ayant reçu le vaccin.

Ceux-ci incluent la fatigue, les tremblements, les maux de tête, les nausées, les vomissements et la fièvre.

L’agence nationale de sécurité du médicament, l’Agence nationale de sécurité du médicament, a déclaré avoir reçu des rapports faisant état de 149 effets secondaires graves après la première injection du vaccin AstraZeneca entre le 6 et le 10 février.

C’est sur 10 000 personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin pendant cette période, avec des patients qui ont développé des effets secondaires graves à 1,5%.

Mais le professeur Jean-Daniel Lelièvre, responsable des maladies infectieuses à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, et expert en vaccins à la Haute autorité de santé, a déclaré au HuffPost France qu’il n’y a «pas lieu» de s’inquiéter, et que le côté- les effets montrent en fait que le vaccin fonctionne.

Il a dit: «Ils correspondent à la mise en place de l’immunité innée. Pour qu’il y ait une immunité, il doit y avoir des anticorps et des cellules immunitaires qui protègent l’organisme contre le pathogène. »

Le vaccin amène l’organisme à fabriquer des anticorps contre le virus SRAS-CoV-2, qui cause Covid-19.

Le professeur Lelièvre a déclaré que les effets secondaires du vaccin Covid sont similaires à ceux d’avoir mal à l’estomac après avoir pris des antibiotiques. Il a déclaré qu’ils ne sont pas préoccupants par rapport à d’autres vaccins, comme le vaccin H1N1 en 2013, qui a causé des problèmes neurologiques chez certains patients.

Il a dit que «tout le monde a des réactions différentes à un objet étranger», et que même si vous n’avez pas d’effets secondaires, cela ne signifie pas que le vaccin ne fonctionne pas.

Déploiement d’AstraZeneca

Elle intervient alors que la France entame aujourd’hui le déploiement du vaccin AstraZeneca sur les lieux de travail pour les collaborateurs âgés de 50 à 64 ans. Les personnes vulnérables âgées de 50 à 64 ans peuvent également demander un rendez-vous dans les centres de vaccination.

Lire la suite: La France va lancer les jabs Covid pour les moins de 65 ans: qui est éligible?

Le vaccin AstraZeneca peut provoquer plus d’effets secondaires car il utilise la technologie des vecteurs viraux, contrairement aux jabs Pfizer et Moderna, qui utilisent la méthode de l’ARNm.

La technologie des vecteurs viraux utilise un autre virus pour amener le corps à créer des anticorps, tandis que les vaccins à ARNm utilisent des brins cellulaires avec des instructions génétiques pour fabriquer des antigènes spécifiques de coronavirus.

Le Dr Benjamin Davido, spécialiste des vaccins à l’hôpital Garches à Paris, a déclaré: «Avec Pfizer et Moderna, c’est comme si nous avions une copie de la maladie, mais en éliminant l’élément pathogène. C’est donc beaucoup plus naturel et explique, entre autres raisons, pourquoi on se sent moins mal [with those]. »

L’âge peut également jouer un rôle. Les vaccins Pfizer / BioNTech et Moderna ont été principalement utilisés chez les plus de 75 ans et les travailleurs de la santé à haut risque âgés de 50 ans et plus.

Le vaccin AstraZeneca a été principalement utilisé chez les personnes plus jeunes, âgées de 50 à 64 ans. La réponse immunitaire chez les personnes plus jeunes peut être plus forte, ce qui peut expliquer pourquoi ce vaccin a eu plus d’effets secondaires indésirables.

Le professeur Lelièvre a déclaré: «Les jeunes ont un meilleur système immunitaire et créent plus d’anticorps.»

Le Dr Davido a ajouté que les personnes qui subissent les effets secondaires les plus forts des vaccins peuvent aussi être celles qui ont déjà eu Covid – peut-être même sans le savoir – car elles ont déjà des anticorps; mais peut n’avoir eu aucun symptôme au moment de la maladie.

Il a également déclaré que la notification des effets secondaires en France pourrait apparaître plus élevée que dans d’autres pays, en particulier par rapport au Royaume-Uni, car le pays dispose d’un système de surveillance «particulièrement efficace».

Il a déclaré: «Dans le cas de nos voisins britanniques, les effets secondaires indésirables passent plus ou moins sous le radar. Ce n’est pas le cas en France car nous sommes «le chouchou des enseignants» dans la mesure où nous avons un système de veille pharmaceutique particulièrement efficace.

«Pas un vaccin de seconde classe»

Les débats autour du vaccin AstraZeneca ont repris après que certaines études ont suggéré qu’il était moins efficace contre certaines nouvelles variantes, en particulier la souche sud-africaine.

L’Organisation mondiale de la santé a continué de recommander le vaccin, même dans les pays où les nouvelles souches sont plus répandues. On dit qu’il est efficace contre la variante britannique.

En France, les derniers chiffres montrent que la variante britannique représente désormais 20-25% des nouveaux cas, tandis que la variante sud-africaine et brésilienne représente respectivement 4% et 5%.

Le Dr Davido a déclaré: «Si nous arrêtons la vaccination AstraZeneca par crainte d’une efficacité réduite contre les nouvelles variantes, nous risquons d’oublier tous ceux qui développeraient la forme« régulière »de la maladie. Le plus [people] nous vaccinerons, plus nous attraperons de personnes [and stop the illness developing]. »

Il a appelé à un déploiement généralisé du jab dans tout le monde en France.

Cela fait écho aux appels d’autres spécialistes, dont le spécialiste des maladies infectieuses, le professeur Odile Launay, qui a déclaré le 22 février au service de presse FranceInfo que les gens «devraient absolument se faire vacciner avec le jab AstraZeneca, et ne pas attendre», malgré «un taux d’efficacité légèrement inférieur» et le risque d’effets secondaires.

Vaccin Astra Zeneca: « Il faut absolument compter sur ce vaccin », assure l’infectiologue Odile Launay. « Il faut absolument que les Français se fassent vacciner avec ce vaccin et n’attendent pas d’avoir plus de vaccins ARN messager »

Suivez le live https://t.co/nmgnIm10yy pic.twitter.com/suMrmInOtc

– franceinfo (@franceinfo) 22 février 2021

Le Professeur Alain Fischer, coordinateur de la vaccination en France, a déclaré: «[The AstraZeneca jab] n’est pas un vaccin de seconde classe. »

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a lui-même été vacciné publiquement avec le vaccin AstraZeneca dans un centre de vaccination de Melun, en Seine-et-Marne, au début du mois.

Il a été vacciné tôt en raison de son travail de neurologue dans le domaine de la santé, mais aussi dans le but de rassurer les gens sur les vaccins dans leur ensemble.

Histoires liées

Covid France: les Jabs commencent pour les patients prioritaires âgés de 50 à 64 ans

Nouvelle variante de Covid plus résistante aux vaccins trouvés en France

29000 médecins généralistes en France vont administrer le vaccin AstraZeneca cette semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *