Les législateurs français approuvent une interdiction des vols intérieurs courts

FILE PHOTO: Un avion Airbus A350 d’Air France atterrit à l’aéroport Charles-de-Gaulle à Roissy, près de Paris, France le 2 avril 2021. REUTERS / Christian Hartmann // File Photo

PARIS (Reuters) – Les législateurs français ont voté samedi soir la suppression des vols intérieurs sur les itinéraires qui peuvent être parcourus par le train en moins de deux heures et demie, alors que le gouvernement cherche à réduire les émissions de carbone alors même que l’industrie du transport aérien se détourne la pandémie mondiale.

La mesure fait partie d’un projet de loi climatique plus large qui vise à réduire les émissions de carbone françaises de 40% en 2030 par rapport aux niveaux de 1990, bien que les militants accusent le président Emmanuel Macron de diluer les promesses précédentes dans le projet de loi.

Le vote est intervenu quelques jours après que l’État a déclaré qu’il contribuerait à une recapitalisation de 4 milliards d’euros (4,76 milliards de dollars) d’Air France, doublant plus que le double de sa participation dans le transporteur national, pour consolider ses finances après plus d’un an de restrictions de voyage COVID-19.

La ministre de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a rejeté les critiques de l’industrie aéronautique selon lesquelles une reprise pandémique n’était pas le moment d’interdire certains vols intérieurs, et a déclaré qu’il n’y avait aucune contradiction entre le plan de sauvetage et le projet de loi sur le climat.

«Nous savons que l’aviation est un contributeur de dioxyde de carbone et qu’en raison du changement climatique, nous devons réduire les émissions», a-t-elle déclaré à la radio Europe 1. «De même, nous devons soutenir nos entreprises et ne pas les laisser tomber.»

Le trafic aérien pourrait ne pas revenir aux niveaux d’avant la crise avant 2024, prévoient les analystes de McKinsey.

Certains militants écologistes ont déclaré que le projet de loi n’allait pas assez loin. Un forum citoyen sur le climat créé par Macron pour aider à façonner la politique climatique avait appelé à la suppression des vols sur les itinéraires où le trajet en train dure moins de 4 heures.

Le vote de samedi soir à l’Assemblée nationale était le premier. Le projet de loi est soumis au Sénat avant un troisième et dernier vote à la chambre basse, où le parti au pouvoir et ses alliés dominent.

(1 USD = 0,8406 euros)

Reportage de Richard Lough; édité par Barbara Lewis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *