au centre social Albert-Jacquard, «notre public est la première victime de la crise sanitaire»

Habitant le quartier depuis sept ans, Didier Leurent a décidé de s’engager dans la vie du centre social Albert-Jacquard. En « quête de sens » lors du confinement de mars, l’appel au renouvellement du bureau tombait à pic. À 43 ans, il devient le deuxième président de l’instance, créée en 2010. La mission de Didier Leurent sera, avec l’ensemble du conseil d’administration, de veiller au bon fonctionnement du centre. Un mandat aussi pour garantir la tenue des différentes activités, défi exacerbé en raison de la pandémie.

À…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *