L’Italie et la France sont prêtes à redémarrer AstraZeneca après examen

Un flacon du vaccin COVID-19 de l’Université d’Oxford / AstraZeneca est vu au Centre de santé Lochee à Dundee, en Écosse, en Grande-Bretagne, le 4 janvier 2021.

Andy Buchanan | Piscine | Reuters

LONDRES – La France et l’Italie se déclarent prêtes à redémarrer rapidement les programmes de vaccination avec le vaccin AstraZeneca si les régulateurs confirment qu’il est toujours sûr à utiliser.

La déclaration préliminaire de l’Agence européenne des médicaments mardi était « encourageante », a déclaré mardi le cabinet du Premier ministre italien Mario Draghi dans un communiqué à la suite d’un appel téléphonique avec le président français Emmanuel Macron. Il a ajouté qu’en cas de conclusion positive de l’EMA, la France et l’Italie étaient prêtes à « reprendre rapidement » les inoculations avec le vaccin.

Les deux pays font partie des plus d’une douzaine de personnes qui ont suspendu le tir de l’AstraZeneca-Université d’Oxford après des rapports de caillots sanguins chez quelques-uns des citoyens vaccinés.

Des inquiétudes concernant les effets secondaires potentiels du vaccin sont apparues la semaine dernière après le décès d’une femme en Autriche. Depuis lors, davantage de pays ont signalé des cas de caillots sanguins et un nombre inhabituel de plaquettes chez quelques patients. AstraZeneca a déclaré dimanche que sur les 17 millions de personnes vaccinées dans l’UE et au Royaume-Uni, il y avait eu 15 événements de thrombose veineuse profonde et 22 cas d’embolie pulmonaire, selon les données reçues jusqu’au 8 mars.

Nous sommes toujours fermement convaincus que les avantages… l’emportent sur le risque de ces effets secondaires.

Emer Cooke

Directeur exécutif chez EMA

Les autorités sanitaires européennes sont toujours d’avis que le vaccin est bon à utiliser dans la lutte contre Covid-19. L’EMA a déclaré mardi qu’il n’y avait « aucune indication » à ce jour que les rapports de caillots sanguins aient été directement causés par le vaccin.

«Nous sommes toujours fermement convaincus que les avantages… l’emportent sur le risque de ces effets secondaires», a déclaré Emer Cooke, directeur exécutif de l’EMA, lors d’une conférence de presse.

Elle a confirmé que l’institution étudiait 30 rapports de troubles sanguins inhabituels et qu’elle annoncerait les résultats de ces travaux jeudi.

Un groupe de pays de l’UE, dont la Belgique et la Pologne, ont continué à administrer le vaccin AstraZeneca. Les pays européens qui ont suspendu le vaccin attendent l’annonce de l’EMA pour décider comment procéder.

Dans l’intervalle, l’EMA est « inquiète qu’il pourrait y avoir un effet sur la confiance des vaccins », a déclaré Cooke mardi.

Le programme de vaccination de l’UE s’est heurté à divers obstacles. Les doutes de la population sur la sécurité des vaccins pourraient faire dérailler l’objectif principal de l’UE consistant à faire vacciner 70% de la population adulte d’ici la fin de l’été.

Stella Kyriakides, la commissaire européenne à la santé, a déclaré mardi qu ‘ »il est crucial que les citoyens puissent sentir qu’ils ont confiance et la confiance dans les vaccins qui ont été autorisés par l’Agence européenne des médicaments, afin que nous puissions lutter ensemble contre ce virus. » « 

Lundi, plus de 6 millions de citoyens européens avaient reçu le vaccin AstraZeneca sur plus de 46 millions d’inoculations, selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

La Commission européenne a également exhorté mardi les États membres à utiliser chaque dose de vaccin à laquelle ils ont accès.

Les données de l’ECDC montrent que plus de 62 millions de doses ont été distribuées aux États membres, ce qui montre que près de 20 millions de doses ont encore été administrées.

«  AstraZeneca a malheureusement sous-produit  »

L’UE a été en désaccord avec AstraZeneca après que la société a annoncé des objectifs de livraison inférieurs aux attentes. La société pharmaceutique a réduit à deux reprises ses chiffres de livraison du premier trimestre et a déclaré qu’elle distribuerait également moins de la moitié de ce que l’UE attendait pour le deuxième trimestre.

AstraZeneca a déclaré que des problèmes de rendement dans les usines de l’UE avaient entraîné des retards de production.

S’exprimant mercredi, von der Leyen a déclaré: « AstraZeneca a malheureusement sous-produit et sous-livré, ce qui a bien sûr réduit la vitesse de la campagne de vaccination. »

En revanche, le chef de la commission européenne a déclaré que « BioNTech-Pfizer et Moderna respectent leurs contrats ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *