Macron dit que les nations doivent «  définir des lignes rouges  » avec la Russie Le français américain de l’OTAN Emmanuel Macron Ukraine

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que si le dialogue avec la Russie est essentiel, des «lignes rouges claires» entraînant d’éventuelles sanctions doivent également être tracées avec Moscou au sujet de l’Ukraine

Faisant référence à une récente accumulation de troupes russes à la frontière ukrainienne, Macron a déclaré dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine CBS News: «Nous n’accepterons jamais de nouvelles opérations militaires sur le sol ukrainien.» L’Occident doit faire preuve de diplomatie et de crédibilité en faisant valoir ce point, a-t-il déclaré.

« Et je pense qu’après un comportement inacceptable, en effet, nous devons sanctionner », a déclaré Macron interrogé sur la possibilité de sanctions. «Et je pense que nous devons définir des lignes rouges claires avec la Russie. C’est la seule façon d’être crédible. « 

Cependant, il a ajouté: «Je pense que les sanctions ne sont pas suffisantes en elles-mêmes, mais les sanctions font partie du paquet.»

L’interview a été diffusée dimanche sur «Face the Nation». Il a été enregistré après que Macron a rencontré vendredi à Paris le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et que les deux ont tenu une conférence virtuelle avec la chancelière allemande Angela Merkel. Macron et Merkel ont exigé le retrait des troupes russes concentrées dans l’ouest de la Russie alors que les tensions avec l’Ukraine voisine s’intensifient.

conseillé

Les États-Unis et l’OTAN ont décrit l’accumulation comme la plus importante depuis 2014, lorsque la Russie a annexé la péninsule de Crimée en Ukraine et que des combats ont éclaté dans l’est de l’Ukraine entre les forces ukrainiennes et les séparatistes soutenus par la Russie. Plus de 14 000 personnes sont mortes au cours des sept années de conflit dans l’est de l’Ukraine.

L’Allemagne et la France ont aidé à négocier un accord de paix de 2015 pour l’est de l’Ukraine à Minsk, la capitale de la Biélorussie.

Depuis son entrée en fonction en 2017, Macron a œuvré pour un dialogue constructif avec la Russie sur une série de questions, et il a continué à promouvoir le besoin de dialogue dans l’interview «Face the Nation».

«Je suis sûr que le président (Vladimir) Poutine peut être prêt à rouvrir le dialogue», a déclaré le dirigeant français. «Nous avons besoin d’un dialogue ouvert et franc avec la Russie» sur une série de sujets allant de la maîtrise des armements à la stabilisation des crises mondiales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *