Méfiance envers AstraZeneca jab en France en raison de cas de coagulation sanguine

Les Français sont réticents à recevoir le vaccin COVID-19 développé par AstraZeneca, car de rares cas de personnes qui se font vacciner présentent des caillots sanguins.

Chargé de persuader les acheteurs d’un marché en plein air d’envisager de prendre le vaccin, Leo Martin, employé de la mairie de Paris, trouvait que la vente était difficile.

« De quel vaccin s’agit-il? » une femme vêtue d’un foulard vert a demandé quand Martin l’a approchée avec son argumentaire invitant des personnes à se faire vacciner dans un centre de vaccination du quartier.

Quand Martin lui a dit que la photo offerte au centre avait été fabriquée par AstraZeneca, la femme au foulard vert a secoué la tête et a dit: « Non, je ne veux pas de ça. »

Dans toute l’Union européenne, les sondages d’opinion et les données des programmes de vaccination gouvernementaux indiquent un scepticisme généralisé à l’égard du vaccin AstraZeneca, enraciné dans de très rares cas de personnes qui se font vacciner et qui souffrent de caillots sanguins.

En réponse aux cas de coagulation sanguine, le Danemark a cessé d’administrer le vaccin et plusieurs autres États de l’UE, dont la France, le limitent aux personnes âgées.

L’organisme de surveillance des médicaments de l’UE affirme que les avantages de prendre le vaccin l’emportent de loin sur les risques, et la plupart des gouvernements de l’UE encouragent leurs citoyens à le prendre s’il est proposé.

La France administre également des vaccins produits par Pfizer et Moderna, mais le lot proposé par Martin et ses collègues provenait d’AstraZeneca.

« Il y a certainement une réticence à l’égard d’AstraZeneca », a déclaré Martin lors d’une pause après avoir distribué des brochures de vaccination sur le marché, dans le nord-est de Paris.

Il essaie de rassurer les gens sur le fait que les risques sont minimes, a-t-il dit, « mais il n’y a pas grand-chose que nous pouvons faire avec l’anxiété des gens à ce stade. »

Néanmoins, il y avait des preneurs. Parmi les personnes qui se présentaient pour des coups dans le centre voisin se trouvait Dabo Mamadou, 70 ans.

«J’essaie de convaincre ceux qui m’entourent», de me faire vacciner, a-t-il dit juste après avoir reçu la balle dans l’épaule droite.

Cependant, il a déclaré que plusieurs personnes de son entourage étaient réticentes à se faire vacciner sur AstraZeneca parce qu’elles avaient entendu les reportages sur les cas de coagulation sanguine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *