Michel Barnier va miser sur le «moment Biden» pour tenter de détruire Emmanuel Macron aux élections | Politique | Nouvelles

Selon le quotidien autrichien DerStandard, l’ancien négociateur du Brexit pour l’UE pourrait battre le président Macron lors des prochaines élections législatives en France. L’ancien chef de l’UE a eu 70 ans en janvier et on pense qu’il cherche une place lors des élections présidentielles de 2022.

Son âge n’est pas considéré comme un inconvénient mais plutôt comme la clé de ce qui pourrait être une campagne électorale réussie contre le président sortant.

Dans l’espoir d’imiter la victoire de Joe Biden aux élections présidentielles américaines de novembre, M. Barnier se battra contre M. Macron avec expérience politique, prudence et modération.

Des initiés ont rapporté qu’il louait un bureau décloisonné à Paris et mettait en place un micro-parti pour les dons de campagne.

Fin janvier, M. Barnier a répondu à une question d’un journaliste en disant: « Tant que je garde mon énergie et ma capacité à être enthousiaste et indigné, je voudrais rester utile à mon pays ».

Les responsables parisiens parlent déjà d’un «moment Biden», c’est-à-dire de la victoire calme d’un homme de plateau serein sur une star médiatique éblouissante.

M. Barnier lui-même a des affaires inachevées avec Macron car le président français ne voulait pas soutenir son éligibilité au poste de président de la Commission européenne.

L’ancien négociateur du Brexit a déjà réussi avec un acte de petite vengeance car dans une première enquête, il a immédiatement reçu 27% de votes positifs, plus que Macron obtenu lors de l’élection de 2017 avec 24% ou Le Pen avec 21%.

LIRE LA SUITE: Bruxelles humiliée alors que la France enregistre le pire record commercial de la zone euro

« Il est d’autant plus ridicule qu’il pense que peut-être parce qu’il a réalisé quelque chose au niveau européen cela le qualifierait pour représenter quelque chose pour la France.

«Il pense que l’UE peut envoyer un gouverneur ici, mais il ne se rend pas compte que les Français n’en veulent pas.

« Les Français l’ont montré en 2005 lorsqu’ils ont voté contre la constitution européenne lors d’un référendum ».

M. Olivier a ajouté: «En France, les élections présidentielles sont un contrat entre un candidat et le peuple français.

«C’est un peu comme voter pour une reine ou un roi.

« Il est évident qu’une personne qui a été envoyée par une organisation internationale n’a absolument aucune chance. »

Mme Le Pen est récemment arrivée pour la première fois à portée de main en battant M. Macron aux élections de l’année prochaine.

L’enquête Harris suggère que Mme Le Pen est sur le point de franchir le «plafond de verre» de la politique française.

La barrière reposait sur l’hypothèse de longue date qu’une majorité absolue d’électeurs ne soutiendrait jamais un candidat d’extrême droite.

Si l’élection de l’année prochaine avait lieu maintenant, Mme Le Pen aurait 48% des voix, avec M. Macron sur 52%, selon le sondage réalisé en ligne les 19 et 20 janvier.

Reportage supplémentaire de Monika Pallenberg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *