Paire interdit de représenter la France aux Jeux olympiques en raison de son comportement

(Reuters) – Benoit Paire s’est vu interdire de représenter la France aux Jeux olympiques de Tokyo de cette année à la suite d’exemples répétés de «comportement profondément inapproprié» ces dernières semaines, a déclaré la Fédération française de tennis (FFT).

Le numéro 35 mondial Paire s’est écrasé lors de l’Open d’Argentine du mois dernier après avoir battu son dernier match de service et avoir été amarré d’un point pour avoir craché sur le terrain lors d’une défaite contre Francisco Cerundolo.

Le joueur capricieux de 31 ans a perdu contre Jordan Thompson lors de la première manche du Monte Carlo Masters ce mois-ci et a déclaré qu’il avait envie de jouer dans un cimetière sans fans présents sur les lieux en raison de la pandémie COVID-19.

Paire avait précédemment déclaré que jouer au tennis n’était pas sa priorité et qu’il se contentait de sauter d’un événement à l’autre, de perdre au premier tour et de gagner de l’argent dans le processus.

La FFT a déclaré avoir décidé d’exclure Paire d’une éventuelle sélection pour les JO sur proposition du directeur technique Nicolas Escude en concertation avec le skipper de la Coupe Davis, Sébastien Grosjean.

«Son comportement profondément inapproprié depuis le début de l’année porte gravement atteinte aux valeurs du sport, à l’image du tennis et est totalement incompatible avec l’esprit olympique», a déclaré le président de la FFT Gilles Moretton dans un communiqué.

«C’est le devoir de chaque joueur … de respecter les valeurs de notre sport et c’est à eux d’être exemplaire sur et en dehors du terrain, en particulier vis-à-vis des jeunes de notre pays.

Reconnu comme une tête brûlée, Paire a connu plusieurs indiscrétions au cours de sa carrière, notamment avoir été expulsé des Jeux olympiques de Rio 2016 par la délégation française pour avoir passé trop de temps loin du village des athlètes.

Après avoir été éliminé du premier tour de l’Open d’Australie, Paire a lancé une tirade aux organisateurs, les accusant de traitement «honteux» des joueurs pendant la quarantaine avant le Grand Chelem.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *