Président français: aucun regret d’avoir refusé un nouveau verrouillage de virus | Nouvelles de Taiwan

Le président français Emmanuel Macron assiste à une vidéoconférence d’un sommet de l’UE à l’Elysée à Paris, le jeudi 25 mars 2021. Le troisième … Le président français Emmanuel Macron assiste à une vidéoconférence d’un sommet de l’UE à l’Elysée à Paris , Jeudi 25 mars 2021. La troisième vague imminente d’infections à coronavirus et la lutte de l’Europe pour monter une campagne de vaccination domineront le sommet vidéo européen de jeudi. (AP Photo / Michel Euler, Piscine)

PARIS (AP) – Le président français dit qu’il n’a rien à regretter d’avoir refusé d’imposer un troisième verrouillage du virus plus tôt cette année, même si son pays est maintenant confronté à une augmentation des infections qui mettent à rude épreuve les hôpitaux et que plus de 1000 personnes atteintes du virus meurent toutes les semaines.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron a souligné l’importance de maintenir les enfants à l’école et les entreprises à flot alors que la pandémie entre dans une deuxième année.

«Nous avons eu raison de ne pas mettre en place un lock-out en France fin janvier car nous n’avons pas eu l’explosion de cas que chaque modèle prévoyait», a-t-il déclaré jeudi soir à l’issue d’un sommet européen. «Il n’y aura pas de mea culpa de ma part. Je n’ai pas de remords et je ne reconnaîtrai pas mon échec.

Pendant des mois, la France a défendu une «troisième voie» entre enfermement et liberté, y compris un couvre-feu national et la fermeture de restaurants, musées, cinémas, gymnases, de nombreux centres commerciaux et quelques autres entreprises.

De nombreux professionnels de la santé exhortent depuis des semaines le gouvernement français à imposer des restrictions plus strictes, notamment en raison de la variante du virus plus contagieuse et plus dangereuse identifiée pour la première fois en Grande-Bretagne et maintenant dominante en France.

«Une situation zéro virus n’existe pas et c’est vrai pour tous les pays d’Europe. Nous ne sommes pas une île et même les îles qui s’étaient protégées ont parfois vu le virus revenir », a déclaré Macron. «Mais nous avons pensé qu’avec le couvre-feu et les mesures que nous avions, nous pouvions faire face.»

La France a enregistré le quatrième plus grand nombre d’infections virales au monde, et parmi les plus hauts taux de mortalité, avec 93 378 vies perdues. Les unités de soins intensifs sont à nouveau à pleine capacité ou au-delà de leurs capacités à Paris et dans plusieurs autres régions en raison d’une nouvelle vague de patients gravement malades.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *