quest-ce-que-linflation-2

Qu'est-ce que l'inflation ?

Ses conséquences sont connues sous le nom de « valse des étiquettes », « hausse des prix ». Elle, c’est l’inflation ! Elle est plutôt une bonne chose tant qu’elle reste modérée et sous contrôle. A l’inverse, les mouvements brusques des prix et la déflation sont à éviter. Explications.

L’INSEE définit l’inflation comme « la perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix. » En clair, la valse des étiquettes est d’abord une illustration de l’inflation. Le problème principal concerne bien la monnaie – chez nous l’euro – qui perd de sa valeur. A un moment donné, je pouvais acheter 10 articles avec 100 euros. Quelques mois plus tard, je devrai me limiter à 8 articles avec la même somme. La raison : je dois dépenser plus pour certains biens et il ne me reste donc plus assez d’argent pour payer les derniers articles.

Pour comprendre comment fonctionne l’inflation, il faut se tourner vers Francfort et le siège de la Banque Centrale Européenne. C’est elle, la fameuse BCE, qui a la charge de la monnaie unique en Europe. Dirigée actuellement par l’Italien Mario Draghi, ses statuts prévoient de maintenir l’inflation de la zone euro aux alentours de 2%, plutôt en-dessous qu’au-dessus. « L’objectif principal de la politique monétaire de la BCE est de maintenir la stabilité des prix. C’est la meilleure chose à faire pour contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois », peut-on lire sur le site de l’institution.

Les avantages de l’inflation sous contrôle

Difficile de mettre dans la même phrase « stabilité » et « mouvement ». Pourtant, c’est ce que la BCE essaie d’obtenir. Qu’il y ait un peu d’inflation, d’accord ! Mais il faut aussi que ce taux reste relativement stable d’une année sur l’autre. Pour les entreprises, cette stabilité permet de faire des prévisions de ventes ou des plans d’investissement sur plusieurs années.

Qui dit inflation sous contrôle et stable dit aussi taux d’intérêt modérés et plutôt bas. Résultat : les ménages sont incités à placer leur argent dans des actifs plus rémunérateurs que des livrets d’épargne. C’est aussi le meilleur moment pour prendre un crédit immobilier et accéder à la propriété, par exemple, puisque les taux de crédit sont en général assez bas dans ces périodes. Autre possibilité : si les prix augmentent modérément, les ménages continueront à consommer, ce qui est bon pour l’économie.

Les inconvénients et moyens de lutte contre une inflation débridée

Si les prix augmentent trop et que mon salaire ne suit pas, j’aurais plus de difficultés pour consommer. Pour redonner un peu de peps à l’euro – qui perd de sa valeur, puisqu’un euro en période de forte inflation permet d’acheter moins de choses – la BCE dispose de plusieurs moyens.

L’objectif principal est de limiter la hausse des prix pour renchérir la valeur de la monnaie. L’arme principale de la BCE est le taux d’intérêt, qui permet de jouer sur la quantité de monnaie en circulation dans l’économie. En clair, si la Banque centrale augmente ses taux, le coût d’un crédit sera plus élevé. Et les épargnants préféreront garder leur argent au chaud !

Parallèlement, les autorités peuvent faire en sorte de faire remonter l’offre de biens et services de consommation. Si la concurrence augmente entre les enseignes, elles chercheront sans doute à écouler plus de produits que le voisin et seront donc prêtes à baisser leurs prix.