Résidents français de 55 ans et plus désormais éligibles aux vaccins Covid-19

Délivré le: 12/04/2021 – 09:35

Les ressortissants français et les résidents de 55 ans et plus auront accès aux vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson Covid-19 à partir de lundi, a déclaré le ministre français de la Santé Olivier Véran au cours du week-end. La France prolonge également la période entre la première et la deuxième injection des vaccins Pfizer / BioNTech et Moderna.

Tous les ressortissants et résidents français âgés de 55 ans et plus auront accès aux vaccinations Covid-19 à partir de lundi, a déclaré Véran dans une interview à l’hebdomadaire du dimanche Journal du Dimanche (JDD).

Le vaccin AstraZeneca ainsi que le vaccin à dose unique Johnson & Johnson – qui arrive en France lundi, une semaine avant la date prévue – seront disponibles pour les 55 ans et plus, a déclaré Véran.

Le délai raccourci intervient alors que la France tente d’accélérer le rythme de son programme de vaccination, qui a été critiqué pour son lenteur, et de gagner du terrain sur la propagation de la variante de virus la plus contagieuse identifiée pour la première fois en Grande-Bretagne.

Dans le même temps, les autorités françaises ont défendu leur politique de réserver le vaccin AstraZeneca aux personnes de plus de 55 ans ayant de graves problèmes de santé après que des troubles rares mais graves des caillots sanguins aient été observés chez des patients plus jeunes vaccinés.

Le 12 mars, la France a autorisé l’utilisation du vaccin Johnson & Johnson fabriqué par Janssen Pharmaceuticals, une société basée en Belgique appartenant à Johnson & Johnson. La première livraison de 200 000 doses devait arriver une semaine plus tôt que prévu, a déclaré Véran.

Le déploiement du vaccin en France atteint son objectif après un début glacial, atteignant un objectif de 10 millions de premières doses par semaine avant un objectif de mi-avril. Le gouvernement vise à livrer 10 millions de premiers coups supplémentaires d’ici la mi-mai.

Espacement prolongé entre les injections pour les vaccins à ARNm

Véran a également annoncé une augmentation de l’espacement entre la première et la deuxième dose des vaccins à ARN messager fabriqués par Pfizer / BioNTech et Moderna. À partir de mercredi, tous ceux qui ont reçu le premier jab en recevront un deuxième après 42 jours au lieu des 28 jours actuels.

«Cela nous permettra de vacciner plus rapidement sans voir une diminution de la protection», a expliqué Véran.

Bien que la plus haute autorité sanitaire française ait conseillé une période de six semaines entre les deux injections en janvier afin d’étirer les approvisionnements, le gouvernement de l’époque a déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment de données sur la performance des vaccins avec un intervalle plus long.

La France pourrait désormais allonger l’intervalle en toute sécurité, car elle vaccinait un groupe d’âge plus jeune, a déclaré Véran.

Les vaccinations Pfizer / BioNTech et Moderna progressent

Pendant ce temps, les campagnes de vaccination avec les jabs Pfizer / BioNTech et Moderna pour les plus de 60 ans ont été reportées à vendredi.

Les campagnes ne ciblaient initialement que les groupes les plus fragiles, y compris les plus de 75 ans ou toute personne souffrant de comorbidités.

Cependant, le programme a été retardé en raison de problèmes d’approvisionnement. Près de 75 pour cent des résidents des foyers de soins dans tout le pays ont reçu deux doses de vaccin, mais ce chiffre tombe à 35 pour cent chez les 75 à 79 ans dans les grandes villes et villages.

L’annonce est intervenue alors que la France est soumise à des restrictions renforcées de Covid-19 avec des écoles fermées pendant deux semaines, une interdiction de voyager entre les régions et un couvre-feu national à 19 heures.

Le président Emmanuel Macron, qui a été contraint d’imposer un troisième verrouillage national au milieu d’un taux d’infection en spirale et d’un système de santé surchargé, compte sur un déploiement accéléré des vaccins pour permettre une réouverture progressive du pays à partir du milieu du mois prochain.

Les chiffres en soins intensifs continuent d’augmenter et la France dépassera presque certainement les 100 000 décès de Covid-19 cette semaine. Il a signalé plus de 43 000 nouveaux cas samedi et a déclaré qu’il y avait maintenant 5 769 patients recevant des soins intensifs.

Cependant, Véran a déclaré qu’il y avait des signes qu’un nouveau verrouillage commençait à ralentir le taux d’infection.

« Il reste très élevé », a déclaré Véran au JDD. « On peut s’attendre à ce qu’après une période de stabilisation vienne l’automne. Mais pour cela, il faut continuer. »

(FRANCE 24 avec l’AFP et REUTERS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *