Une situation «critique» pousse la France à renforcer son application

Les autorités françaises ont commencé samedi à intensifier les contrôles dans les aéroports et les gares de péage pour imposer une interdiction de mouvement alors que la pandémie de coronavirus entrait dans une phase «critique».

Trois régions ont été ajoutées vendredi à minuit aux 16, dont Paris et ses environs, qui avaient déjà fait l’objet d’une série de restrictions. Il s’agit notamment d’une interdiction de voyager à plus de 10 km de chez soi sans autorisation spéciale, de ne pas voyager hors du territoire sauf en cas d’urgence, de fermetures d’entreprises et de demi-classes dans les lycées.

24 autres régions font l’objet d’une surveillance renforcée. Le reste du pays est soumis à un couvre-feu de 19 h 00 à 6 h 00, tandis que les bars, restaurants et sites culturels sont tous fermés.

Cependant, le gouvernement français, contrairement à ceux d’autres pays, a décidé de permettre aux écoles de rester ouvertes en raison du risque d’abandon scolaire et de problèmes mentaux chez les élèves confinés.

Alors que la troisième vague d’infections au COVID-19 en France continue de grimper, laissant le pays dans une situation «critique», selon le Premier ministre Jean Castex, les autorités ont intensifié les contrôles dans les aéroports et les gares de péage.

Samedi, il y avait « une dizaine d’équipes », contre deux ou trois habituelles « à la gare Montparnasse de Paris, a appris l’agence de presse française AFP par un capitaine de police qui a déclaré que les contrôles seraient intensifiés » aux heures de pointe « . « 

Jeudi, le président français Emmanuel Macron avait prévenu que les semaines à venir seraient difficiles.

Une réunion du Conseil de défense doit se tenir mercredi pour décider de renforcer les sanctions.

La France devrait organiser des élections régionales et départementales reportées les 13 et 20 juin. Le gouvernement a déclaré qu’il fonderait une décision sur un nouveau report sur l’avis du Conseil scientifique, qui est censé soumettre ses recommandations dimanche à l’exécutif.

Le nombre de patients en réanimation à vendredi après-midi était de 4 766, assez proche du pic de 4 900 enregistrés lors de la deuxième vague de l’automne, alors que la barre des 200 000 nouveaux cas par semaine a déjà été franchie.

À ce jour, 94 302 personnes sont décédées en France depuis le début de la pandémie et les infections ont augmenté au cours du mois de mars, principalement en raison de la variante britannique virulente et plus contagieuse du virus.

Environ 7,5 millions de personnes ont reçu au moins une dose du vaccin, dont 2,6 millions qui ont reçu les deux doses. La France a ainsi enregistré plus de 10 millions d’injections.

La ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher a annoncé samedi sur Europe 1 que près de trois millions de doses supplémentaires arriveraient dans le pays dans la semaine à venir.

Le Brussels Times

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *